đŸ”· La science Ă  fleur de Po



17 mars 2020 /// L’actu de la profession
On choisit
sa famille

Islamoquoi. La question brulante de l’islamogauchisme et des domaines de recherche (dĂ©colonialisme et tutti quanti) qui y seraient liĂ©s (conditionnel de rigueur) m’en fait m’en poser une autre, que je vous livre.
Si loins, si proches. Si cette polĂ©mique a enflammĂ© les sciences humaines (sociologie, anthropologie…), elle n’a — tout comme les dĂ©bats autour de la loi Recherche — que peu attisĂ© les sciences dures.
Le grand fossĂ©. L’incomprĂ©hension ne date pas d’hier, comme l’a thĂ©orisĂ© le chimiste Ă  tĂȘte d’Ă©crivain Charles Percy Snow dans ce papier fondateur : The Two Cultures, paru en 1959, qu’il faudrait lire une bonne fois pour toutes.
La vie, mode d’emploi. En proposant une « enquĂȘte » sur l’islamogauchisme, la biologiste FrĂ©dĂ©rique Vidal cĂšde Ă  la tentation quantitative (qui, combien, oĂč), en oubliant le pourquoi et le comment.
Et Ă  la fin… Et pourtant, comme le prĂ©disait CP Snow (pas Jon, qui ne sait rien), la rĂ©conciliation des deux familles est tout simplement une des conditions de la survie de nos dĂ©mocraties.

Keep calm & science hard,
Laurent de TheMetaNews


Si vous n’avez que 30 secondes



A partir d’ici 5 min de lecture addictive


Le CNRS aux ordres alphabétiques


La classement des admissibles de A à Z et non plus au mérite fait réagir.


Fera-t-il bon s’appeler Zwierkowski?
Travail posté. La question agite les instances du CNRS : comment classer les listes des admissibles aux postes de chargés de recherche suite aux recos des sections ? Réponse de la direction depuis le 04 mars : par ordre alphabétique et non plus par ordre de mérite. La liste par ordre de mérite resterait accessible sur demande mais devrait rester confidentielle.
Ca change tout. Cette maniĂšre de donner la main au second jury d’admission, plus institutionnel, passe mal auprĂšs des syndicats et des chercheurs. La polĂ©mique survient sur fond de prĂ©paration aux Ă©lections du ComitĂ© national de la recherche scientifique pour 2021 Ă  2026, le « parlement » du CNRS. Du cĂŽtĂ© de la direction, c’est pour l’instant « no comment ».
 Happy (too) few  RĂ©guliĂšrement attaquĂ©s en justice (voir un exemple rĂ©cent) — les recrutements au CNRS (en diminution au fil des annĂ©es) ont toujours une charge symbolique forte. Pourtant, avec 239 postes en 2021, ils ne reprĂ©sentent qu’une part minoritaire des postes mis au concours.


 Des infos en peu de mots  Un an et demi aprĂšs sa naissance, le rapport d’activitĂ© de l’Inspection gĂ©nĂ©rale de l’Ă©ducation, du sport et de la recherche est sorti (il n’y est pas question d’islamogauchisme) ////////// Plus lĂšgĂšre que l’air, la FĂ©dĂ©ration de recherche HydrogĂšne du CNRS a Ă©tĂ© lancĂ©e le 09 mars dernier ////////// La France n’est pas un cador des appels d’offre europĂ©ens tel Horizon Europe : pour tenter d’en tirer le meilleur parti (plus de sous, soyons clair), le ministĂšre lance un plan idoine //////////


La science Ă  fleur de Po


Islamogauchisme, Ă©pisode… On a arrĂȘtĂ© de compter mais on rĂ©capitule.


 Si vous avez ratĂ© le dĂ©but  L’islamogauchisme gangrĂšne-t-il l’universitĂ© ? FrĂ©dĂ©rique Vidal le pense. Elle a annoncĂ© commander une enquĂȘte sur le sujet et tente depuis de rassĂ©rĂ©ner les chercheurs. Reste Ă  savoir Ă  qui passer commande : le CNRS botte en touche (mais n’exclut pas de participer), l’Alliance AthĂ©na se dĂ©clare incompĂ©tente, le HcĂ©res garde le mystĂšre (lire la fin de notre interview) et la piste de l’Inspection gĂ©nĂ©rale n’est pas confirmĂ©e par le ministĂšre.


Atterrissage forcĂ©. Si personne ne sait ce qu’est l’islamogauchisme (Ă  part une injure publique, peut-ĂȘtre), ses effets se font pourtant sentir dans l’ESR. La diffusion par un certain Philippe Boyer d’une liste des 600 gauchistes complices de l’islam radical le 21 fĂ©vrier (un dĂ©calque des signataires de cette pĂ©tition) a Ă©tĂ© suivie d’effets. Les chercheurs visĂ©s ont étĂ© contactĂ©s par leurs employeurs (exemple ici d’une lettre du CNRS le 05 mars) au cas oĂč…
Ebullition mentale. Mais c’est le cas de Sciences po Grenoble qui occupe tous les esprits depuis l’affichage (non revendiquĂ©) aux portes de l’institut de deux enseignants, Vincent T et Klaus Kinzler, accusĂ©s d’islamophobie. Des placards relayĂ©s sur les rĂ©seaux sociaux par l’Unef (qui l’a vite regrettĂ©), syndicat prĂ©cisĂ©ment accusĂ© d’islamogauchisme.
 En mĂ©moire de Samuel   Il est bon de replonger dans l’affaire comme l’a fait Mediapart. Elle prend ses racines dĂšs fin 2020 autour d’un groupe de travail « Racisme, islamophobie, antisémitisme » oĂč les deux enseignants d’allemand contestaient l’emploi du mot islamophobie, face à une chercheuse spĂ©cialiste de ces sujets. VoilĂ  pour la politique. Mais de science, il ne sera pas question.


Premier comptage

Il ne s’agit Ă©videmment pas d’une enquĂȘte Ă  proprement parler mais le chercheur Albin Wagener a publiĂ© sur son blog une recherche sĂ©mantique avec quelques termes « dĂ©colonial », « intersectionnel », etc sur les principales bases acadĂ©miques (HAL, Theses.fr, Cairn, OpenEdition). Disons le vite : ses rĂ©sultats tendent Ă  prouver que ces domaines de recherche sont ultra minoritaires en France.


 Le Journal officiel au pas de charge  Le cahier des charges de l’appel Ă  projets « Briques technologiques et dĂ©monstrateurs hydrogĂšne » est modifiĂ© et celui du concours d’innovation i-Nov est approuvé //////// Mais qu’est-ce qu’un acanthosome ? La Commission d’enrichissement de la langue française y rĂ©pond //////// 


 Ils actualisent leur CV  Les membres du conseil d’administration de l’Agence nationale de la recherche ont Ă©tĂ© nommĂ©s (et c’est un who’s who de la recherche française) //////// Nicolas Chailler est chargĂ© des fonctions de directeur gĂ©nĂ©ral de la recherche et de l’innovation par intĂ©rim, suite au dĂ©part anticipĂ© de Bernard Larrouturou en novembre. Ce dernier a depuis rejoint l’HcĂ©res Ă  l’Ă©valuation des organismes nationaux de recherche //////// Carole Bousquet-BĂ©rard est nommĂ©e conseillĂšre santĂ©, solidaritĂ©s, protection sociale (cheffe de pĂŽle) auprĂšs de Jean Castex //////// Les places de directrices ou directeurs de l’Ă©cole d’ingĂ©nieurs Sigma Clermont, de Polytech Clermont, de l’Isima, de Clermont Auvergne INP et de Phelma sont dĂ©clarĂ©es vacantes //////// Deux nominations Ă  l’Inspection gĂ©nĂ©rale de l’Ă©ducation, du sport et de la recherche (Igesr) //////// 


Et pour finir

—
Cette vidĂ©o Ă  la fois fascinante et — avouons-le — un peu effrayante d’une tĂȘte de limace de mer essayant de rejoindre son corps, on la doit Ă  une chercheuse japonaise, Sakaya Mitoh qui l’a initialement publiĂ©e dans Current biology (via New York Times).