Les deux visages de la “télé-recherche”

— Le 10 avril 2020
Les premiers témoignages de l’enquête #ParlonsRecherche sont éloquents : certains tirent parti de l’isolement… d’autres en souffrent.

D’un côté, il y a ceux pour qui le travail à la maison représente moins de stress et plus de liberté, comme en témoigne cette doctorante en archéologie : « Cela me permet de me couper du stress quotidien et de me concentrer sur mes travaux de recherche au calme ». Ainsi, c’est l’opportunité de travailler sur des projets parfois laissés de côté : « Le confinement me permet de finaliser l’écriture d’un article que je n’avais toujours pas fini et qui date d’une ancienne expérience postdoctorale », confie une postdoctorante en biologie.

Tempêtes sous des crânes
De l’autre côté se trouvent ceux pour qui le confinement pose beaucoup plus de problèmes : « La pression est forte, je n’arrive plus à me concentrer, impossible d’écrire ou de lire depuis trois semaines », raconte cette doctorante en économie. Stressés, ils souffrent d’une pression sourde qui s’assimile à une injonction à produire. En effet, ce doctorant en deuxième année de didactique des mathématiques écrit : « J’ai l’impression d’avoir plus de pression sur le fait d’avancer plus vu que je n’ai “rien d’autre à faire” et je culpabilise de ne pas vraiment y arriver. » Ce n’est pas forcément entre quatre murs qu’on réfléchit le mieux.

À lire aussi dans TheMetaNews

Bienvenue au petit théâtre des auditions

Ce papier fait partie de notre série sur les concours comprenant notre poster agenda à télécharger et partager librement. Tic-tac… Les premières listes des sélectionnés pour les auditions vont commencer à tomber ! Côté chargé·e de recherche (CR), le CNRS ouvrira le...

Quand les chercheurs jouent les prolongations

Vous avez certainement un émérite dans votre entourage professionnel. Leur population n’a été toutefois que très peu étudiée. Une enquête de 2018, réalisée par le réseau des vice-présidents Recherche, dépendant de France Universités, auprès d'une quarantaine...

Femmes et maths : vers un amour réciproque ?

Image extraite du Théorème de Marguerite montrant une doctorante en mathématiques aux prises avec de nombreux défis personnels… et académiques – relire l'interview de la réalisatrice Anna Novion. Depuis vingt ans, c’est l’encéphalogramme plat : la proportion de femmes...