ūüĒ∑ Maintenant que la Chine est √©veill√©e




06 octobre 2021 | La recherche et sa politique
Bascule dans
la realpolitik

Amis de tous les pays.¬†La communaut√© des chercheurs est par essence tr√®s internationalis√©e, comme nous l’avions prouv√© dans notre enqu√™te G√©n√©ration Phd (page 24). Vous √©changez les id√©es et les donn√©es, souvent au-del√† des fronti√®res.
L’√®re du soup√ßon.¬†Et si parmi ces coll√®gues se cachait un espion et si ces terrains √©taient une occasion d’aspirer vos donn√©es ? La parano est de mise √† la lecture des deux rapports qui viennent de para√ģtre, surtout vis-√†-vis de la Chine mais aussi de la Turquie.
Demi-ouverture. Sans appeler √† la fermeture des esprits, quand on parle d’ing√©rences √©trang√®res, difficile de diluer la m√©fiance qui l’accompagne dans les valeurs de la science, qu’elle soit open ou non.

Keep calm & science hard,
Laurent de TheMetaNews

¬†PS. ¬†Mes excuses √† Christophe Blondel d√©sign√© tr√©sorier national du SNCS dans notre dernier num√©ro, alors qu’il en est tr√©sorier national adjoint.


Le programme du jour
  • Petit manuel des ing√©rences acad√©miques
  • Des infos en passant (mais d’importance)
  • La censure chinoise d√©teint en France, selon Andr√© Gattolin
  • Le JO au pas de course
  • Et pour finir en train de nuit



A partir d’ici 5¬†minutes sous influence


Les manŇďuvres de P√©kin d√©crypt√©es


Deux rapports d√©montrent l’entrisme de la Chine ‚ÄĒ et d’autres ‚ÄĒ dans la recherche fran√ßaise. Explications.


Th√©√Ętre d’ombres

Ricochets.¬†Deux rapports viennent √† quelques jours d’intervalle dresser le portrait (chinois ?) des ing√©rences √©trang√®res dans la recherche fran√ßaise. Le premier baptis√© ¬ę Les op√©rations d’influence chinoise ¬Ľ a √©t√© produit par deux chercheurs de l’Irsem, le second porte sur les ing√©rences √©tatiques extra europ√©ennes¬†et a √©t√© produit par une commission s√©natoriale (voir l’interview).

Coup sur coup. Loin de son traditionnel mutisme, la Chine n’a pas manqu√© de r√©agir au premier par la voix tr√®s peu mod√©r√©e de son ambassade. Un changement de ton qui signe la mont√©e d’un nationalisme tr√®s actif… et qui se fait sentir jusque dans les labos fran√ßais. Pour cela, la Chine attaquerait, selon l’Irsem l√† o√Ļ le b√Ęt blesse en France :
¬ę¬†Le manque de reconnaissance et de moyens dans les laboratoires a rapidement √©t√© identifi√© par P√©kin comme un talon d‚ÄôAchille ¬Ľ

Coup sur coup. Le rapport cite ainsi le chercheur Antoine Bondaz ‚ÄĒ qualifi√© de ¬ę petite frappe ¬Ľ par l’ambassadeur de Chine, rappelez-vous ‚ÄĒpour qui la Chine est ¬ę un paradis : des labos flambant neufs, des moyens financiers importants et des √©quipes de soutien √† la recherche pl√©thorique ¬Ľ. Ce qui explique l’entrisme chinois dans certains √©tablissements moins bien dot√©s, comme Poitiers, Angers, Arras ou Pau. Comme le r√©sume le s√©nateur Pierre Ouzoulias :
¬ę Si l’on veut √©viter que les chercheurs se financent par des soci√©t√©s √©crans chinoises, il faut leur donner plus de moyens (…) notre syst√®me public nous prot√®ge encore ¬Ľ

Les chemins m√®nent √† Pekin.¬†La France est une cible importante pour le Parti communiste chinois. Le rapport liste ainsi environ plusieurs centaines de cellules charg√©es d’attirer des chercheurs : les EŐĀtats-Unis sont la cible prioritaire, avec 146 cellules identifieŐĀes, puis viennent l‚ÄôAllemagne (57), l‚ÄôAustralie (57), le Royaume-Uni (49), le Canada (47), la France (46).

Mille talents. Le rapport de l’Irsem rappelle qu’une publicit√© plac√©e en janvier 2018 dans la revue scientifique Nature expliquait ainsi que tous les candidats retenus recevraient une prime de d√©part de 126 000 ‚ā¨ et pourraient demander une dotation d’environ 500 000 euros, dans le cadre du programme Mille talents (dissous depuis).

C√©cit√© sur les SHS. Outre les sciences “dures”, les s√©nateurs pointent les ¬ę¬†nouvelles strat√©gies d’influence qui ciblent les sciences humaines ¬Ľ ou l’impact du classement de Shangha√Į. A tel point qu’ils proposent dans leur rapport de cr√©er un classement alternatif, o√Ļ les universit√©s seraient not√©es sur l’int√©grit√© ou les libert√©s acad√©miques.

¬†Notre analyse¬† Aucune trace du rachat pourtant hautement symbolique d’EDP science par l’Acad√©mie des sciences chinoises¬†dans ces deux rapports. Aucune trace non plus de l’islamogauchisme comme influence ext√©rieure dans notre vie acad√©mique.


L’impossible contr√īle
Sur le papier, tous les partenariats internationaux doivent √™tre examin√©s¬†par le minist√®re de la Recherche.¬†912 dossiers ont ainsi √©t√© soumis depuis¬†2019 et le taux d‚Äôavis n√©gatifs est de 6,5 %. Les s√©nateurs d√©noncent dans leur rapport une m√©thode tr√®s imparfaite : outre l’absence de d√©claration syst√©matique,¬†sans r√©ponse au bout d’un mois, les dossiers sont r√©put√©s approuv√©s. Il¬†faudrait tripler ce d√©lai, selon eux. Dans leurs propositions, ils sugg√®rent de renforcer le r√īle des fonctionnaire s√©curit√© d√©fense (FSD), souvent bien seuls au sein des √©tablissements,¬†√† l’exception notable de l’√©quipe du¬†CNRS. Enfin, ils proposent que les minist√®res de l’Economie¬†et des Arm√©es puissent √™tre mis dans la boucle¬†et que ce contr√īle soit √©tendu aux filiales fran√ßaise de bo√ģtes √©trang√®res (coucou Huawei).


Vous voulez témoigner ?

¬†Des infos en peu de mots¬†¬†Apr√®s Antoine Petit, voici d’autres candidats √† la pr√©sidence, en la personne d’Olivier Coutard, ainsi que notre ch√®re Camille No√Ľs¬†////////// Aucun rapport mais Marie-Jos√©e Simoen, l’ancienne patronne du Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) belge,¬†est devenue baronne¬†//////////¬†On parle √©norm√©ment de ce papier paru dans L’Actualit√© juridique baptis√© La Bourse ou la belle vie. Tout un programme¬†//////////¬†Pour ceux que cela int√©resseraient la commission sur les Lumi√®res √† l’√®re num√©rique ou plus sobrement commission Bronner est n√©e la semaine derni√®re et s’est r√©unie lundi pour la premi√®re fois¬†//////////


Trois questions √†… Andr√© Gattolin


¬ę La censure chinoise d√©teint en France ¬Ľ


Cet universitaire, √©galement s√©nateur, est rapporteur de la mission d’information sur les ing√©rences √©tatiques extraeurop√©ennes.


Que retenez-vous de ces semaines d’audition ?
Sans tomber dans un syst√®me de flicage, nous souhaiterions que les publications scientifiques de premier rang fasse l’objet d’une d√©claration de conflits d’int√©r√™ts et de transparence sur les financements. Il ne s’agit pas d’interdire mais de savoir d’o√Ļ les gens parlent. On ne peut pas soumettre les chercheurs √† un r√©gime √©quivalent aux parlementaires mais ils doivent prendre conscience que des financements √©trangers ne sont pas anodins. En cas de voyages √† l’√©tranger, le risque de se faire aspirer ses donn√©es et par l√† m√™me, mettre en danger ses sources ou ses coll√®gues est bien r√©el.

Pouvez-vous être plus précis ?
Les services de renseignement nous ont signal√© des cas que nous ne pouvions publier. Toute collaboration avec une structure extraeurop√©enne doit faire l’objet d’une d√©claration au minist√®re de la Recherche et au Quai d’Orsay aupr√®s du fonctionnaire habilit√©. Surtout qu’il y a une zone grise de la recherche qui est √† la fois civile et militaire, en virologie ou dans le num√©rique. De ce point de vue les math√©maticiens notamment sont parfois na√Įfs et l’open science est un vrai enjeu : ne faut-il √™tre parfois plus m√©fiants ? La course √† la publication de travaux parfois non finalis√©s sans protection de la propri√©t√© intellectuelle peut repr√©senter un danger.

Outre la Chine, quels pays repr√©sentent le plus de risque d’ing√©rences ?¬†
Les travaux de la commission ont commenc√© en juillet ; nous manquions de temps pour tout couvrir et nous sommes concentr√©s sur la Turquie en plus de la Chine, m√™me si les services de renseignements nous pointaient aussi le maghreb, les pays du Golfe persique ou l’Iran. Nous avons d√©crit les diff√©rents types d‚Äôinfluence possibles, depuis le traditionnel soft power ou le plus “pushy”, comme les instituts Confucius, jusqu’aux cas de captation ou d’espionnage. Le classement de Shanghai est d’ailleurs une forme de ce soft power.

Revenons à la Chine, comment se traduit son influence dans les campus et les labos ?
L’autocensure des chercheurs chinois d√©teint en France, surtout que les √©tudiants chinois ne sont plus r√©serv√©s comme ils l’√©taient sur ces questions. La jeune g√©n√©ration a baign√© dans un nationalisme exacerb√©. Du c√īt√© des chercheurs et des √©tablissements, cela cr√©√© une forme d’autocensure par exemple dans l’intitul√© de s√©minaires ; l’infraction aux libert√©s acad√©miques n’est pas loin, comme nous l’a t√©moign√© une sinologue qui a connu une √©poque o√Ļ le r√©gime chinois √©tait moins dur. L’extension des cours de ligne repr√©sente √©galement une menace, en externalisant la salle de cours.


¬† Le Journal officiel au pas de course¬†¬†L’√©bullition du sodium dans un assemblage combustible d’un r√©acteur √† neutrons rapides s’appelle le choucage¬†///////¬†On connait la nouvelle promotion des √©l√®ves de l’Ecole des chartes¬†///////¬†Ouverture par concours externe de douze postes d’ing√©nieurs de seconde classe √† l’Inria ///////¬†Le cahier des charges du concours d’innovation i-Nov est d√©sormais connu¬†///////¬†


¬†Ils refont leur carte de visite¬†¬†Johnny Gogibus est nomm√© directeur g√©n√©ral des services (DGS) de l’Universit√© Paris Lumi√®res pour quatre ans¬†///////¬†Amis bibilioth√©caires, certains de vos coll√®gues ont de l’avancement¬†///////¬†Laurence Lef√®vre est nomm√©e membre du conseil d’administration du Centre national des Ňďuvres universitaires et scolaires¬†///////¬†Le cabinet de Fr√©d√©rique Vidal se recompose :¬†Olivier Ginez devient directeur adjoint du cabinet, Lloyd Cerqueira, conseiller sp√©cial et Yann Jacob, chef de cabinet adjoint. Deux d√©l√©gations de signature √† signaler √©galement¬†/////// Bienvenue¬†√† Nantes Universit√© dans le monde merveilleux de l’ESR¬†///////¬†


Votre revue de presse express


  • Passe √† dix. Le chercheur Marc Billaud tente un rapprochement entre le salaire de Lionel Messi et les budgets de recherche, particuli√®rement en biologie sant√©. C’est dans Le Monde Diplomatique.
  • Un pour tous. Un projet collaboratif enti√®rement en open source (une gageure dans la pharma) baptis√© Covid Moonshot sera-t-il √† m√™me de d√©velopper un traitement contre le Covid ? C’est le sujet de cette enqu√™te d’Olivier Monod dans Lib√©ration.
  • Un peu moins de discipline, SVP. Le pr√©sident de l’observatoire du long terme (sic)¬†Nicolas Champlain regrette dans une tribune un peu confuse¬†parue dans l’Opinion qu’¬ę¬†au nom de la pluralit√© scientifique, il faille disperser [nos moyens] de la physique fondamentale √† la th√©orie du genre dans la cuisine fran√ßaise ¬Ľ.
  • T’es in ou t’es out ?¬†Le prix Nobel Serge Haroche regrette dans une interview au Figaro la possible exclusion d’Isra√ęl, du Royaume-Uni ou de la Suisse des financements d’Horizon Europe. La question n’est en effet toujours pas tranch√©e.


Et pour finir

‚ÄĒ
Rien de tr√®s scientifique l√†-dedans mais il n’est pas interdit d’occuper son esprit √† autre chose qu’au triomphe de la v√©rit√© : voici une carte d’Europe des trains de nuit (via la sublime newsletter Absolument tout), qui pourra tout de m√™me vous faire √©conomiser quelques kilos de carbone.