Approuvé par l’Elysée

— Le 25 janvier 2021

Un autographe sur un cahier de manip’
Quels étaient les enjeux de la visite présidentielle de jeudi dernier ? 

Emmanuel Macron est venu aux labos. Et pas n’importe lequel : le centre de nanosciences et de nanotechnologies de Palaiseau, dépendant du CNRS et de Paris-Saclay, est l’une des fiertés de la recherche française. Une “séquence”, comme disent les communicants, en deux temps.

Face A : la déambulation

Des chercheurs en vitrine. Avec pour guide le directeur du C2N, le Président a déambulé dans les couloirs et admiré à travers les fenêtres des hommes en blouses vertes dans les salles blanches – ces salles très propres où ont lieu fabrication, assemblage ou même expérience d’une extrême précision. Par des signes de la main, ils se saluent et se remercient.

Quandela, la star(up). Emmanuel Macron passera plus de temps avec Quandela, une startup accueillie par le CNRS. Dans une salle remplie de tables optiques et de cryostats sifflant, un doctorant de seconde année présente la “manip”. Le Président lui demandera ce qu’il veut faire plus tard : rester dans la recherche – ouf ! A condition d’avoir un poste.

Echange de bons procédés. Valérian Giesz, co-fondateur de Quandela ne s’arrête plus de remercier le Président et les services de l’Etat qui ont aidé la start-up depuis son lancement : « Quandela est derrière vous ». En échange d’un cadeau – une source de photons uniques fibrée sur puce – Emmanuel Macron signe leur livre d’or.

Tandem. Enfin, deux paires d’acteurs privés, à chaque fois un gros industriel et une petite startup, présentent leurs dernières avancées : Thalès et Muquans sur les capteurs (c’est-à-dire antennes et mesures inertielles), Atos et Pasqal sur les ordinateurs quantiques. Les entrepreneurs sont confiants : la France n’est pas en retard.

Face B : le discours

Des chercheurs heureux. Dans le hall du C2N, sont présents pour le discours quelques chercheurs, mais aussi des acteurs du privé comme Olivier Ezratty. Ce sont eux qui poussent pour ce plan depuis 2018 et ils sont aujourd’hui récompensés. Comme le physicien Alain Aspect, mentionné plusieurs fois lors de la visite et qui a été cité par le Président pendant son discours.

Le sens du poil. Collectif et coopération sont des mots qui reviendront plusieurs fois dans la bouche du Président qui a remercié les chercheurs dans leur ensemble : « c’est grâce à vous » et « votre travail »… et mis en avant une recherche libre – voulant certainement trancher avec de récentes polémiques.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...