Combien d’emplois pour la recherche à la rentrée ?

— Le 21 juillet 2021
Frédérique Vidal a annoncé mille emplois « potentiels » pour la rentrée.

Qui, comment, combien ? Parmi les annonces du plan #MaRentrée2021, annoncé par le ministère de la recherche le 09 juillet, s’en cachait une concernant des postes : « un potentiel de recrutement de plus de 1000 nouveaux emplois », précise la com’ ministérielle. Quels emplois ?

Verbatims. Si la ministre devait annoncer « l’équivalent de 1 000 emplois d’enseignants chercheurs » dans le discours prévu, seul le prononcé faisant foi, les emplois d’enseignants chercheurs deviennent des « emplois » tout court (voir à 18:45). Vacataires ou titulaires ? Nul ne le sait, même si le timing de l’annonce rend impossible l’embauche de titulaires dans le temps imparti.

En toute indépendance. Contacté, le ministère précise que les « établissements recevront les financements progressivement dès cet été (…) Ce sont eux qui décident du type de postes qu’ils créent compte tenu de leur autonomie ». Les universités ne se sont pas exprimées officiellement sur le sujet.

Le chat et la souris.  En première analyse, ces annonces de création de postes sont « des mots creux », pointe une source syndicale. Les moyens mis en place mèneraient en réalité à un recours accru à des heures complémentaires ou à des contrats vacataires, qui n’engagent pas les établissements sur la durée.

À lire aussi dans TheMetaNews

Les universités veulent des preuves d’amour

Concerto mineur. Ça fait déjà trois mois que le gouvernement chantonne un air crescendo : les universités — et organismes de recherche — de l’Hexagone rouleraient sur l’or ou plutôt sur des fonds de roulements censément excédentaires que l’État, tout à sa mission...

La longue marche des labos vers la transition

La bioinformaticienne Sophie Schbath n'est plus directrice de son labo mais reste très occupée. Elle va régulièrement donner devant d'autres labos des séminaires d’un genre nouveau où elle présente l'expérience dans laquelle elle a entraîné son unité il y a quatre...

« Bousiller quelqu’un comme ça, j’ai du mal à l’accepter »

Le jour et la nuit. En cette journée du mois de juin 2023, l’agitation règne dans le couloir qui mène au Cneser disciplinaire. Cinq personnes, toutes et tous témoins de l’affaire du jour, trépignent devant la porte close de la salle d’audience. À l’intérieur, le calme...