Des chercheurs sous contrôle

— Le 12 février 2021

Tempêtes sous des crânes
Des sociologues rapportent des entraves à la liberté de chercher dans le domaine du nucléaire et refusent de se transformer en « acceptologues ».

Au départ, une pétition. Vous vous souvenez peut-être du cas de Christine Fassert, licenciée pour insubordination par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire), dont les travaux ont été relus et modifiés par l’Institut. Cette histoire a une suite : seize chercheurs, la plupart en sciences humaines et sociales (SHS), l’ont soutenu dans cette tribune parue début janvier.

Under control. Le cas de Christine Fassert serait en effet loin d’être isolé : « Notre tribune est un cri d’alerte sur une situation vécu par de nombreux chercheurs ayant eu des liens avec les agences nucléaires », analyse Sezin Topçu, sociologue au CNRS, à l’origine de la tribune. Que dénoncent ses signataires ? « [Le] contrôle que veulent exercer ces agences sur tous types de travaux menés en sciences sociales. »

Un pouvoir illégitime ? Si cette règle de relecture par la direction est écrite noir sur blanc dans les contrats liant l’IRSN à ses agents, « il n’est écrit nulle part qu’ils puissent intervenir dans les résultats, par exemple ceux d’un programme de recherche financé par l’ANR comme Agoras [Plus de détails sur Agoras ici, NDLR] ». Et pourtant, des chercheurs témoignent de cette « auto-attribution de pouvoir ».
  
« Le cas de Christine Fassert montre une confrontation avec sa hiérarchie autour des résultats de sa recherche, renforcée par des règles comme la relecture de toutes publications produites par les agents de l’IRSN. » 
Sezin Topçu, sociologue (CNRS)

 

« Dans les colloques, je disais pour rire à Christine Fassert qu’elle était « l’œil de l’IRSN ». Cette mauvaise blague exprimait maladroitement le malaise que nous ressentions tous car elle avait en fait déjà perdu sa liberté. » 
Francis Chateauraynaud, sociologue à l’EHESS
Pris au piège. « C’est toujours la même stratégie : au début, la séduction – « vous êtes libre » – et à la fin, cela tend vers une forme de censure, ou plutôt de reprise de contrôle », résume Francis Chateauraynaud, co-auteur de la tribune. Et certains sont prisonniers du “système”, en particulier les employés d’organismes comme l’IRSN ou d’entreprises comme EDF.

Guerre médiatique. C’est pour eux que les signataires de la tribune prennent position. « Si on laisse ce discours [celui de l’IRSN, NDLR] devenir vérité, nous risquons de mettre en danger les conditions de travail, en particulier celles des jeunes chercheuses et chercheurs qui ne bénéficient pas des quelques bourses du CNRS ou du ministère », alerte Sezin Topçu. Et ceci ne concerne pas que la sociologie mais aussi l’anthropologie, l’histoire, la philosophie…
Retour de terrains minés

Francis Chateauraynaud a fait plusieurs fois l’expérience de ce « contrôle des mots » au sujet du nucléaire. Il a en revanche toujours eu « la chance d’être en poste à l’EHESS et d’être missionné pour des études ». Il pouvait donc bénéficier de ces financements pour son équipe tout en gardant une forme d’indépendance.

Comme au théâtre. En 1992, le sociologue menait une étude à la demande d’EDF sur le pilotage automatique des centrales nucléaires. « J’ai provoqué leur colère en utilisant le mot « improvisation » et les recherches ont été arrêtées net, avec interdiction de publier le rapport » – qu’il fera quand même circuler car il s’avérait utile pour d’autres chercheurs.

Court-circuits. Sa dernière mauvaise expérience, c’était avec l’Andra. Une enquête sur l’enfouissement des déchets nucléaires dans la Meuse, le projet Cigéo, avait été commandée en pleine contestation contre ce projet. « Nous, sociologues, avons été utilisés comme des fusibles et avons fini par nous faire agresser verbalement par des militants [anti-Cigéo, NDLR] sur le terrain », raconte Francis Chateauraynaud.
Acceptologie. « Les attentes de la part des acteurs techno-industriels sont souvent de voir les sociologues se comporter en “acceptologues”, en cas de contestation de leurs activités », constate Sezin Topçu. Étudier les groupes militants, OK, mais les instances officielles, attention. Mais à l’évidence, pour les deux sociologues, la gestion du nucléaire doit aussi pouvoir être étudiée.

100% public ? « Aujourd’hui le système est hybride, avec un mélange de financements publics et privés, qui ne satisfait personne », analyse Francis Chateauraynaud. Des financements entièrement publics seraient la solution : « Il faudrait un système plus vertueux qui garantirait la liberté de recherche – et de critique quand c’est nécessaire ». Pour le nucléaire, mais aussi pour d’autres sujets qui « fâchent » comme les violences policières ou les conflits armés. 

Une affaire toujours en cours  L’étape de conciliation avec l’IRSN s’étant soldée par un échec, Christine Fassert est dans l’attente du jugement qui sera rendu par les Prud’hommes en octobre. Elle espère obtenir un dédommagement financier car retrouver un travail à 56 ans n’est pas chose aisée, qui plus est dans l’académie. Aujourd’hui, la sociologue donne des cours à l’université dans le cadre de vacations.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...