Des primes, des primes

— Le 14 octobre 2020

Dans le respect du protocole (sanitaire)
L’accord sur les revalorisations passe de justesse mais passe quand même.

Majorité qualifiée. Après des semaines et de nombreux aller-retours, l’accord de revalorisation des rémunérations et des carrières a été signé le 12 octobre dernier par trois syndicats côtés fonctionnaires : le SNPTES, le SGEN-CFDT et l’UNSA (cliquez pour leurs réactions respectives). Ils y reconnaissent quelques avancées significatives.

 << Lire l’accord en intégralité, c’est par ici >> 

Sonnant et trébuchant. La mesure la plus spectaculaire — et donc la plus mise en avant — est l’augmentation très significative de la prime de recherche pour les chercheurs et enseignants-chercheurs, qui passera respectivement de 990 et 1 260 euros par an aujourd’hui à 6400 euros en moyenne en 2027, avec une montée en charge calquée sur les milliards de la LPR égrenés jusqu’en 2030.

Re-py-ra-mi-da-ge. Sous ce terme se cache une autre mesure concernant le nombre de professeurs d’université, qui passeront de 15 200 postes à 18 000. Trois voies pourront être utilisées, comme l’écrivait le ministère le 05 octobre : des recrutements de maîtres de conférence expérimentés, des concours d’établissement ou… les très infla mmables chaires de professeur junior (CPJ).

À lire aussi dans TheMetaNews

Huit scientifiques devant la justice

Jeudi 30 novembre, ils sont une vingtaine regroupés sur le parvis du tribunal de justice de Paris, porte de Clichy, sous un soleil froid. Certains ont revêtu une blouse blanche, d’autres font flotter le symbole du mouvement Extinction Rebellion. Une banderole étalée...

Au CNRS, un rapport chasse l’autre

Rapport et rapport. Dans la litanie des évaluations, enquêtes et analyses commandées par la puissance publique, les opus de la Cour des comptes ont souvent la palme de la franchise. Le récent rapport du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement...

Maltraité·es par leur postdoc

Des doctorants maltraités voire harcelés par leur directeur ou directrice de thèse, Adèle Combes le racontait dans son ouvrage Comment l’université broie les jeunes chercheurs, faisant un tollé dans la communauté et au-delà – on vous en parlait à l’époque. L’inverse...