Des publis qui peuvent rapporter gros

— Le 26 juin 2020
Des bonus à chaque papier ? Non vous ne rêvez pas. La pratique est en vigueur dans la recherche biomédicale depuis au moins quinze ans.

Le Sigaps
Derrière cet acronyme barbare (comme beaucoup) se cache le Système d’interrogation, de gestion et d’analyse des publications scientifiques. Développé en 2002 par le CHU de Lille, ce logiciel attribue pour chaque publication et par auteur un nombre de points sur deux critères : la notoriété de la revue — un espèce de facteur d’impact corrigé —, et le rang des auteurs. Ces points (entre 1 et 32) sont ensuite directement monétisés : 600 euros par an pendant quatre ans pour l’établissement (chiffre 2017). 

En toute opacité. C’est ainsi que sont attribués environ un quart des budgets des MERRI (déclinaison et explication) : 944 millions d’euros en 2016. Les établissements qui en bénéficient sont de tous types : centre hospitalo-universitaire (80%), centres de lutte contre le cancer (10%), établissements privés… Mais une fois encaissés, la répartition des budgets reste souvent très opaque, nous confie Hervé Maisonneuve, grand connaisseur du sujet.

« Ces indicateurs ne font pas l’objet de contrôles suffisants. »
Rapport de la Cour des comptes sur le rôle des CHU, 2017.

Au vu et au su de tous. En 2017, la Cour des comptes dénonçait dans son rapport un modèle d’allocation « de plus en plus fondé sur des critères de performance », ainsi que le manque de pertinence de ce type d’indicateurs pour déterminer les besoins réels des établissements. De leur côté, les chercheurs sont bien évidemment soumis à une compétition exacerbée – les fameuses querelles pour être premier auteur – entre les médecins hospitalo-universitaires (employés par les CHU) et les chercheurs non hospitaliers (employés le plus souvent par l’Inserm).

Echanges de bons procédés. Hervé Maisonneuve parle sans détours d’une véritable « mafia » autour de Sigaps. Les établissements proposent des vacations à des chercheurs non hospitaliers pour bénéficier de leurs publications ; l’annuaire des personnels est en effet déclaré par l’établissement mais jamais contrôlé. Autre exemple, le groupe privé Ramsay reverse environ 30% à ses médecins « pour les indemniser de leur temps investi ». Depuis la révélation de ces dysfonctionnements par la Cour des comptes en 2017, « rien n’a changé », déplore Hervé Maisonneuve.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...