Erwan Pannier : « Il faut décarboner les usages existants »

— Le 21 octobre 2020
De l’H2 oui mais de l’H2 vert. Le jeune chercheur Erwan Pannier, fondateur de Spark Cleantech, veut transformer l’hydrogène en hydrogène vert.

Quel est le principe de Spark Cleantech en deux mots ?

Produire de l’hydrogène à partir de biogaz issus des déchets grâce à une technologie de plasma froid – de la foudre en boîte ! Développée pendant ma thèse, cette technologie permet de casser les molécules de CO2 sans les chauffer. Au sein de Spark Cleantech, nous utilisons ces plasmas froids pour en extraire l’hydrogène à partir de mélange CO2 – CH4 [du méthane, NDLR], avec trois fois moins d’électricité qu’un électrolyseur. Aujourd’hui, notre objectif est de déployer un démonstrateur de la taille d’une station-service à horizon 2023.

Quel regard portez-vous sur l’engouement actuel pour l’hydrogène ?


Les vrais enjeux de l’hydrogène vert sont de décarboner les usages existants. Même s’il y a un vrai potentiel sur la mobilité. En effet, l’hydrogène est utilisé partout – production d’engrais azotés, nettoyage du soufre de nos carburants, en chimie, etc – et aujourd’hui, l’immense majorité provient du gaz fossile et du charbon. C’est pourquoi nous voulons permettre la production de l’hydrogène localement, sur site, pour les petits usages industriels… et alimenter quelques flottes de bus et camions au passage !
 
Est-ce facile de trouver des investisseurs qui partagent votre vision ?


Cela prend du temps. Prendre des risques et les gérer fait partie du métier. Il faut convaincre les investisseurs sur la technologie mais aussi qu’ils aient envie d’investir sur un impact sociétal, environnemental… Avoir une vision à plus long terme – développer des technologies qui aient du sens dans notre cas – peut cependant les rassurer.

À lire aussi dans TheMetaNews

Joeri Tijdink : « Vous ne serez pas le nouvel Einstein »

Crédit photo : Kick Smeets Pourquoi écrire un livre de développement personnel (“self-help book” en anglais) pour les jeunes chercheurs ? Le monde de la recherche est un lieu magnifique mais plein d’obstacles, surtout pour les chercheurs en début de carrière que sont...

Gaëlle Vitali-Derrien : « Mon handicap est invisible »

Photo Lucile Veissier En quoi les jeunes chercheurs en situation de handicap sont un sujet à part entière ? Nous sommes peu nombreux [quelques centaines, les chiffres étant difficiles à rassembler devant la diversité des situations, comme le montrent les chercheuses...