Et si le Hcéres facturait ses évaluations ?

— Le 9 juin 2021
La Cour des comptes projette de rendre les évaluations payantes. Le Hcéres n’est pas pour.

Du temps de cerveau. La lecture des rapports de la rue Cambon est toujours instructive (mais parfois rébarbative). Celui consacré au Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres), dirigé par Thierry Coulhon (relisez notre interview de l’intéressé) depuis novembre dernier, n’échappe pas à la règle. Il préconise au passage d’envisager « une forme de cotation des unités de recherche [pourtant abandonnée en 2013, NDLR] ».

Business model. Au passage, parce que l’objectif est ailleurs. Maintenant doté d’une personnalité morale, le Hcéres doit partir à la conquête de son modèle économique. La Cour des comptes a pu ainsi calculer le coût de l’évaluation d’une unité de recherche : 11 000 euros environ (40 000 euros pour un établissement) sachant que le Hcéres rend quatre à cinq rapports par jour (!) depuis deux ans.

Facturez, je le veux. La Cour a pourtant une solution, pas des plus populaires : « L’introduction d’une facturation systématique auprès des universités et autres structures (…) le rapprocherait d’autres modèles existant en France ». Les intéressés n’apprécient pas. Contacté, le président du Hcéres écarte tout retour des notations ou une possible facturation des évaluations.

À lire aussi dans TheMetaNews

Aller au labo en vélo

Vos collègues cyclistes sont unanimes : la petite reine – un surnom du vélo qui vient de la reine des Pays-Bas Wilhelmine – a grandement amélioré leur qualité de vie. Si certains inconditionnels pédalent depuis toujours, d’autres s’y sont mis plus récemment : l’année...

La longue odyssée d’Odyssée

Aujourd’hui, en recherchant “odyssée” sur internet, la première occurrence que vous renverra Google est peut-être comme chez nous une plateforme de vidéos avec des contenus complotistes. Ce sera bientôt, si tout va bien, votre nouvelle plateforme pour candidater aux...

La recherche argentine clouée au pilori

« La science n’est pas chère, c’est l’ignorance qui l’est », peut-on lire sur les pancartes brandies par les chercheurs devant le Polo Cientifico [le ministère de la Recherche, NDLR] le 14 février dernier à Buenos Aires, en Argentine. Depuis quelques mois, les...