Fabien Roussel (PCF) répond à vos questions

 

 


02.02.2022 • N°1 • LES POLITIQUES VOUS RÉPONDENT


Maintenant, regardez en haut


Lentement… Le film Don’t look up tente de nous apprendre quelque chose : nous sommes collectivement aveugles aux catastrophes lentes et prévisibles. Le changement climatique en est un exemple.
… Mais sûrement. Et, à notre sens, la situation de la recherche et de l’enseignement supérieur en France en est une autre : nombre de doctorants et dépenses par étudiant en baisse depuis des années, production scientifique en recul. Quand viendra le sursaut ?
Paroles, paroles. L’absence de vaccin français contre la Covid est pourtant dans la tête de tous les politiques. Leur réponse : réindustrialisation et innovation. Mais sans une recherche forte, d’innovation il ne peut être question.
Je vous ai compris. Alors au moment de prendre les chemins des pupitres, nous voulions que les candidats aient au moins dix questions en tête. Dix questions que vous, chères lectrices, chers lecteurs, leur avez posées.
Nouveau format. Dans le premier numéro de cette newsletter Spécial présidentielle, vous trouverez les réponses de Fabien Roussel à ces interrogations. Lisez les et commentez les pour entamer la conversation avec la rédaction !
Keep calm & science hard,
— L’équipe de TheMetaNews


Sommaire

→  ANALYSE   La recherche vue de Colonel Fabien
→  INTERVIEW  « L’uberisation de la science a des effets néfastes »
→  EXPRESS  JO, nominations… c’est la vie de l’ESR
→  EXPRESS  Votre revue de presse


TEMPS DE LECTURE : 5 MINUTES
℗ Contenu réservé à nos abonné·e·s


LE PROGRAMME DU PCF DÉCRYPTÉ 

La recherche vue de Colonel Fabien


Le candidat communiste se démarque par son attachement à la science… voire sa technophilie.
Atom heart. C’est une question qui n’est qu’en partie scientifique, mais elle n’est pas des moindres. Le communiste Fabien Roussel est un des seuls candidats de gauche pro-nucléaire et il l’assume : « se priver du nucléaire est une folie ». L’investissement dans le nucléaire est pour lui le seul moyen de rouvrir des usines en France.
→ Josiane, les valises. Décarboner et relocaliser l’industrie française font partie des priorités du programme de Fabien Roussel (le candidat communiste et non son homonyme chercheur), avec un discours appuyé sur la souveraineté nationale et les ouvriers – ce qui nourrit les rapprochements avec son prédécesseur Georges Marchais.
→ Quant aux labos. La recherche a son rôle à jouer là dedans. À l’instar des plans durant les Trente Glorieuses, l’orientation de la recherche pourrait être planifiée et inscrite dans la loi, explique Pierre Ouzoulias, chercheur CNRS en histoire, sénateur et conseiller ESR de sa campagne.
→ Liberté chérie. En parallèle, le candidat communiste prône la liberté des chercheurs à choisir leurs sujets sans passer par des appels à projets, explique son conseiller :


« Le continuum de la recherche est à préserver via des financements récurrents : en injectant de 5 à 8 milliards d’euros par an pour les universités et sans doute autant pour les opérateurs de recherche (CNRS, Inserm…). Les très importantes dépenses d’équipement nécessaires pourraient être financées par l’emprunt. »
— PIERRE OUZOULIAS (PCF)


Sciences et société. Fabien Roussel appelle à la confiance en la science et en la vaccination. La relation entre chercheurs et politiques serait à renforcer et, contrairement à la création de comités ad hoc comme on l’a vu durant la crise de la Covid, Pierre Ouzoulias se veut l’avocat de « rapports thématiques rédigés (…) au sein d’un organisme reconnu (qui pourrait être le CNRS), adressés régulièrement aux politiques ».


  NOUVEAU FORMAT 
#PARLONSRECHERCHE AVEC FABIEN ROUSSEL

« L’uberisation de la science a des effets néfastes »


Fake news, Crédit impôt recherche… le candidat communiste répond aux questions que vous lui avez posées. Cliquez et discutez avec la rédaction.


Comment allez-vous tenir compte de la “bonne” science dans l’élaboration des politiques que vous allez mettre en place ?
↳ La progression inquiétante et internationale des méconduites scientifiques est l’un des symptômes de la crise de la science. L’organisation d’une concurrence sans limites fondée sur les appels à projets, la place donnée à la bibliométrie, la promotion du savant médiatique et polémique ou la précarisation des « petites mains » ont profondément bouleversé les conditions de la recherche (…)
Les moyens récurrents des laboratoires seront-ils augmentés afin de diminuer la part de financement sur projets ?
↳ Pour Bercy et certains responsables politiques, qui ont une méconnaissance et une grande défiance du travail des chercheurs, l’appel à projet est la garantie illusoire que l’argent public sera utilisé uniquement pour des objectifs clairement identifiés a priori, c’est-à-dire dans une démarche d’innovation (…)
Si vous êtes élu·e, supprimez-vous le Crédit impôt recherche ? Si oui, comment répartissez-vous la manne ?
↳ Le CIR, dans son fonctionnement actuel, est une indignité faite à la recherche publique. Ce sont sept milliards d’euros, en augmentation constante, distribués généreusement sans appel à projet, sans évaluation scientifique et sans contrepartie scientifique (…)


Lisez et commentez la suite avec la rédaction

  EXPRESS 

C’est la vie de l’ESR


→ Le Journal officiel au pas de course. Le mandat de certaines commissions paritaires d’établissement (Université d’Amiens, d’Avignon, l’Institut polytechnique de Grenoble et l’Observatoire de la Côte d’Azur ) est prolongé jusqu’au 31 décembre (Attention second degré) Si vous avez un talent musical en plus d’un PhD mais pas encore de poste, la Garde républicaine cherche deux clarinettistes et un flutiste L’Inria recrute quinze directeurs de recherche de seconde classe ainsi que 21 chargés de recherche de classe normale Il est créé, au sein de l’université de Tours, l’« Institut d’administration des entreprises Tours Val de Loire – Ecole universitaire de management » Les pièces à fournir pour des dossiers en vue de l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés de risque faible ou nul sont… modifiés
→ Ils changent leur carte de visite. Anne-Sophie Ho Massat est nommée directrice générale des services (DGS) de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines • Antoine Petit est chargé d’exercer les fonctions de président par intérim du CNRS, à compter du 25 janvier 2022. Il est auditionné pour préfigurer sa nomination le 02 février par les parlementaires • Agathe Rolland est nommée au conseil d’administration de l’Inserm, en qualité de représentante du ministre chargé du Budget mais aussi au CA de l’Institut national d’histoire de l’art, à celui de l’Inrae et, last but not least, à celui du CNRS • Bravo à tous les collègues nommés professeurs des universités • Une nomination à la tête de France 2030 (rafraichissez-vous la mémoire), en la personne de Bruno Bonnell


  EXPRESS  

Et pendant ce temps
dans la recherche


→ Dans la série « Une pierre dans ton jardin », le mot introductif rédigé par Thierry Coulhon, président du Hcéres dans la note d’évaluation de l’Université de Bordeaux fait couler de l’encre. Pas évident de cerner les enjeux au premier abord sauf quand on se rappelle que le président de l’université de Bordeaux s’appelle Manuel Tunon de Lara (relisez notre interview). La CPU dont il est le président aurait reçu cet éditorial comme « un acte malveillant », commente un connaisseur.
→ Le syndicat des patrons Medef fait ses propositions pour la présidentielle, dans une livrée très bleu blanc rouge. Parmi elles : un plaidoyer pour l’enseignement des maths (entre autres), la création d’un Darpa à la française mais aussi atteindre les 3% d’investissement pour la recherche dans le PIB français ou sanctuariser le Crédit impôt recherche (CIR). Lisez à ce propos la réponse de Fabien Roussel à notre lectrice Christelle Rabier dans ce numéro.
→ C’est une tendance qui ne s’inverse pas depuis plus d’une dizaine d’années : la dépense par étudiant est en berne dans notre pays. Il y aurait pourtant de nombreuses raisons — des « externalités positives », comme disent les économistes — pour investir. Un rapport du Conseil d’analyse économique vient confirmer ce que de nombreux d’entre vous savent pertinemment. Un de plus ?


Vous aimez ce que vous lisez ?

Cette newsletter nous sert également de banc d’essai pour la nouvelle formule qui arrivera au printemps. Un bug, une remarque ? Il suffit de répondre à ce mail.


  EXPRESS  

Votre revue de presse


Zagreb les yeux. Des étudiants en médecine formés à Orléans par la fac de Zagreb ? La réalité ne manque pas d’imagination et la municipalité orléanaise non plus, rapporte la République du centre-Ouest. Après le plombier polonais, le médecin croate ? Il y eut un précédent avec l’université Pessoa qui avait tenté une manoeuvre similaire.
Deepfake. Au tour d’Aurélie Jean, chroniqueuse au Point, de s’emparer de l’affaire Theranos pour tenter de tirer les leçons de la condamnation pour fraude de sa fondatrice Elisabeth Holmes et de faire un point sur la deeptech.
Sciences pot. L’école parisienne inaugure de nouveaux locaux à 190 millions d’euros (un tour en image avec le Figaro Immobilier) et son nouveau dirigeant, Mathias Vicherat, continue son service après élection dans L’Opinion.
→ Vol qualifié. La France — et une de ses chercheuses Martine Barkats — s’est-elle fait subtiliser la maternité d’un médicament par une start-up américaine ? L’excellent journal en ligne suisse Heidi.news a mené l’enquête.
→ Vos papiers, SVP. Horizon Europe c’est bien mais la charge administrative qui va avec l’est moins. Le site d’information Science | Business a sondé 260 chercheurs européens autour du lancement du mégaprogramme de financement européen et les résultats sont là.


  UN PHARE DANS LA NUIT  

Et pour finir…


Cette mappemonde dynamique des phares est hypnotique, alors prenez le temps de vous hypnotiser et de rêver un peu (Via l’excellente newsletter Bulletin) !