Graver l’intégrité dans le marbre

— Le 4 septembre 2020

On espère un peu moins de violence.
Inscrire l’intégrité scientifique dans la loi ? Des parlementaires montent au créneau.

Une communication qui arrive à point nommé. Le 9 juillet dernier, Pierre Henriet (député LREM) et Pierre Ouzoulias (chercheur en archéologie et sénateur communiste) dressent un bilan sur l’intégrité scientifique à l’OPECST (l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques). Leur rapport sur le sujet, en préparation depuis un an, est presque terminé. L’OPECST voudrait que ses propositions puissent être insérées dans la loi Recherche qui doit justement être votée avant la fin de l’année

« L’intégrité scientifique désigne l’ensemble des règles et des valeurs qui garantissent le caractère honnête et scientifiquement rigoureux de l’activité de recherche. » Communication devant l’OPECST du 9 juillet 2020.

L’actualité sur fond de crise sanitaire et de bataille autour des traitements pour la Covid rappelle l’importance de l’intégrité scientifique afin de retrouver la confiance des citoyens. Les parlementaires en charge du rapport pointent un manque d’outils pour la renforcer. Leurs suggestions se déclinent en deux volets. 
1. Une définition légale. Inscrire au code de la recherche une définition de l’intégrité – aujourd’hui uniquement défini dans des chartes locales de déontologie. Celle-ci est tirée du rapport de Pierre Corvol de 2016
2. Un renforcement du rôle de l’OFIS. L’Office français pour l’intégrité scientifique a été créé en 2017, suite à la circulaire Mandon – faisant elle-même suite au rapport Corvol. Concrètement, cela passerait par :
– étendre les formations à l’intégrité scientifique destinées aux doctorants à tous les chercheurs passant leur HDR,
– donner au conseil de l’OFIS le droit de statuer dans les cas concrets de méconduite,
– rendre l’OFIS autonome – il est aujourd’hui dépendant de l’Hcéres, en proie à des problèmes de direction depuis plusieurs mois.

A suivre. Si la définition de l’intégrité scientifique semble être acceptée quasi-unanimement parmi les parlementaires et la communauté scientifique, le sujet de l’autonomie de l’OFIS risque d’être moins consensuel. 

À lire aussi dans TheMetaNews

Huit scientifiques devant la justice

Jeudi 30 novembre, ils sont une vingtaine regroupés sur le parvis du tribunal de justice de Paris, porte de Clichy, sous un soleil froid. Certains ont revêtu une blouse blanche, d’autres font flotter le symbole du mouvement Extinction Rebellion. Une banderole étalée...

Au CNRS, un rapport chasse l’autre

Rapport et rapport. Dans la litanie des évaluations, enquêtes et analyses commandées par la puissance publique, les opus de la Cour des comptes ont souvent la palme de la franchise. Le récent rapport du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement...

Maltraité·es par leur postdoc

Des doctorants maltraités voire harcelés par leur directeur ou directrice de thèse, Adèle Combes le racontait dans son ouvrage Comment l’université broie les jeunes chercheurs, faisant un tollé dans la communauté et au-delà – on vous en parlait à l’époque. L’inverse...