Inno3 : « Les outils financiers ne sont pas adaptés à l’open »

— Le 5 octobre 2020
Naviguant entre open source et open science au sein d’Inno3, Benjamin Jean et Célya Gruson-Daniel défendent une autre vision de l’innovation.

A plusieurs, on est plus open. Quel rapport entretiennent public et privé en terme de valorisation de la recherche ?


BJ On a parfois l’impression que la recherche est aujourd’hui là uniquement pour profiter au privé. Le privé prend ce qui l’intéresse et repart avec, sans que la recherche y gagne.

CGD On assiste à des tensions public-privé, avec une captation des projets se disant « open » mais sans modèle ni gouvernance ouverte sous-jacent – de l’open washing donc. C’est pourquoi il est important de pérenniser les modèles économiques dont les fondements sont ouverts.

Pourquoi les modèles open sont-ils plus naturels pour les chercheurs ?

CGD Le système actuel de l’innovation dégoûte beaucoup de chercheurs qui sont habitués à travailler avec des valeurs de partage et de collaboration.

BJ Le numérique fournit une abondance des connaissances, exactement comme en recherche : on innove à partir de ce qui existe déjà.

Les chercheurs sont-ils orientés par défaut vers le modèle start-up ?

BJ Les outils financiers actuels ne sont malheureusement pas adaptés à l’open, alors que les institutions poussent à l’open. C’est très contradictoire.

CGD Nous sommes à un moment de transition : les modalités de valorisation actuelles ont une grande inertie. Il y aurait un réel besoin de formation et d’acculturation à ces nouveaux modèles, par exemple au sein des SATT.

À lire aussi dans TheMetaNews

Christine Noiville : « Nous ne travaillons pas hors sol »

Le Comets fête ses 30 ans. Quel bilan après trois décennies ? Depuis sa création en 1994, le Comets a rendu 45 avis, bientôt 46. C’est un bon rythme ! Sur un plan plus qualitatif, trois constats s’imposent. D’abord, il a été de plus en plus souvent interpellé par...