Les labos face au réchauffement climatique

— Le 15 avril 2022

EMPREINTE CARBONE

Réduire leurs émissions ? Les chercheurs sont prêts à le faire, ils n’attendent qu’une chose : qu’on les y oblige.

▶ Unanimes. Pensez-vous que l’urgence climatique exige des changements profonds dans la pratique de nos métiers ? À cette question, une écrasante majorité (88%) de chercheurs répond oui. Les premiers résultats de cette enquête menée en 2020 auprès de 6000 d’entre vous avaient été publiés en janvier 2021 par Labos1point5.

▶ Colibris. « Les chercheurs sont prêts à faire des sacrifices », commente Marianne Blanchard, co-autrice de ce rapport d’interprétation. En effet, 92% des répondants de l’enquête pensent que la recherche doit réduire ses émissions d’un tiers ou plus d’ici 2030, comme la France s’est engagée à le faire.

▶ Dans les nuages. Néanmoins, « ils n’ont pas forcément en tête les ordres de grandeur des émissions liées aux différentes activités et donc ne savent pas où faire des efforts », nuance la sociologue. Si l’on parle beaucoup de l’avion, il s’agit bien de la première source d’émission dans la recherche : 58% des répondants ont pris l’avion en 2019 alors que dans les professions de même niveau, la moyenne est d’un sur cinq, toujours selon le rapport.

▶ Dissonance. Plus de la moitié des répondants se déclare prêt à diminuer ses vols d’au moins un tiers même si les chercheurs ne se sentent pas forcément libres de le mettre à exécution : « On observe une contradiction entre les volontés individuelles et les cadres collectifs et institutionnels », analyse la sociologue.

▶ Cadeaux de Noël. Malgré leur apparente bonne volonté, les chercheurs cèdent donc aux injonctions de visibilité internationale et de productivité. Le système actuel pousse de surcroit à la surconsommation : afin d’utiliser les reliquats de budget non reportables, certains achètent du matériel informatique (20% des répondants) ou des billets d’avion (5%) qui ne sont pas indispensables.

▶ Dictature verte. L’étude propose donc des mesures simple comme l’interdiction de l’avion si le voyage en train dure moins de six heures ou l’établissement d’un quota de vols par personne et par an. « Pour la plupart, ces mesures ne semblent pas rencontrer d’opposition de la part de la communauté », observe Marianne Blanchard.

▶ Expéditions polaires. « Une mesure est cependant moins approuvée : celle d’instaurer comme critère d’attribution des financements le bilan carbone des projets », précise-t-elle. Une telle mesure serait en effet perçue comme pénalisante pour les missions sur des terrains éloignés, ou nécessitant l’usage de matériel fortement émetteur.

 

À lire aussi dans TheMetaNews

Bienvenue au petit théâtre des auditions

Ce papier fait partie de notre série sur les concours comprenant notre poster agenda à télécharger et partager librement. Tic-tac… Les premières listes des sélectionnés pour les auditions vont commencer à tomber ! Côté chargé·e de recherche (CR), le CNRS ouvrira le...

Quand les chercheurs jouent les prolongations

Vous avez certainement un émérite dans votre entourage professionnel. Leur population n’a été toutefois que très peu étudiée. Une enquête de 2018, réalisée par le réseau des vice-présidents Recherche, dépendant de France Universités, auprès d'une quarantaine...

Femmes et maths : vers un amour réciproque ?

Image extraite du Théorème de Marguerite montrant une doctorante en mathématiques aux prises avec de nombreux défis personnels… et académiques – relire l'interview de la réalisatrice Anna Novion. Depuis vingt ans, c’est l’encéphalogramme plat : la proportion de femmes...