Je suis modeste (mais je me soigne)

— Le 9 avril 2021

Qui se cache derrière le masque d’imposteur ?
Le syndrome de l’imposteur peut toucher tout un chacun ; les chercheurs ne sont évidemment pas épargnés.

Autodépréciation permanente… S’il n’est pas un trouble mental au sens psychiatrique du terme, le syndrome de l’imposteur est un ensemble de signes qui ne sont pas à négliger. L’un d’entre eux ? Mettre toutes ses réussites sur le compte de facteurs externes, comme la chance, s’attribuer les échecs sur le mode « je ne suis pas assez bon » ou être tenaillé par la peur que son « imposture » puisse être découverte. Quelles sont les conséquences de cette « modestie pathologique » ? 
1. Le surmenage  « Je dois travailler plus dur que les autres » 
2. Une dégradation de l’image de soi  « Je ne suis pas à la hauteur, je suis un menteur  » 
3. L’auto-sabotage  On refuse certaines tâches ou on travaille au dernier moment car on a peur de l’échec

… mais autodépréciation réversible. Rassurez-vous si ces pensées vous sont familières, vous n’êtes pas le ou la seul·e. Pour Jeanne Boisselier, ce syndrome de l’imposteur, favorisé par le contexte social, est tout à fait réversible. 

À lire aussi dans TheMetaNews

Bienvenue au petit théâtre des auditions

Ce papier fait partie de notre série sur les concours comprenant notre poster agenda à télécharger et partager librement. Tic-tac… Les premières listes des sélectionnés pour les auditions vont commencer à tomber ! Côté chargé·e de recherche (CR), le CNRS ouvrira le...

Quand les chercheurs jouent les prolongations

Vous avez certainement un émérite dans votre entourage professionnel. Leur population n’a été toutefois que très peu étudiée. Une enquête de 2018, réalisée par le réseau des vice-présidents Recherche, dépendant de France Universités, auprès d'une quarantaine...

Femmes et maths : vers un amour réciproque ?

Image extraite du Théorème de Marguerite montrant une doctorante en mathématiques aux prises avec de nombreux défis personnels… et académiques – relire l'interview de la réalisatrice Anna Novion. Depuis vingt ans, c’est l’encéphalogramme plat : la proportion de femmes...