Je suis modeste (mais je me soigne)

— Le 9 avril 2021

Qui se cache derrière le masque d’imposteur ?
Le syndrome de l’imposteur peut toucher tout un chacun ; les chercheurs ne sont évidemment pas épargnés.

Autodépréciation permanente… S’il n’est pas un trouble mental au sens psychiatrique du terme, le syndrome de l’imposteur est un ensemble de signes qui ne sont pas à négliger. L’un d’entre eux ? Mettre toutes ses réussites sur le compte de facteurs externes, comme la chance, s’attribuer les échecs sur le mode « je ne suis pas assez bon » ou être tenaillé par la peur que son « imposture » puisse être découverte. Quelles sont les conséquences de cette « modestie pathologique » ? 
1. Le surmenage  « Je dois travailler plus dur que les autres » 
2. Une dégradation de l’image de soi  « Je ne suis pas à la hauteur, je suis un menteur  » 
3. L’auto-sabotage  On refuse certaines tâches ou on travaille au dernier moment car on a peur de l’échec

… mais autodépréciation réversible. Rassurez-vous si ces pensées vous sont familières, vous n’êtes pas le ou la seul·e. Pour Jeanne Boisselier, ce syndrome de l’imposteur, favorisé par le contexte social, est tout à fait réversible. 

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...