Julien Gossa : « Cette loi est devenue un poids pour le gouvernement »

— Le 7 octobre 2020
La loi de programmation continue son parcours législatif au pas de course. Julien Gossa, universitaire à l’initiative de la Conférence des praticiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (CPESR), livre son analyse à TMN.

Les chercheurs vont-ils réellement payer les investissements promis dans la LPR avec leurs retraites ? 

Frédérique Vidal n’a rassuré personne avec ses réponses, alors qu’elle aurait pu le faire en réfutant clairement [plus d’infos ici, NDLR]. La loi de programmation n’engage à rien en réalité puisqu’elle sera rediscutée tous les ans dans les lois de financement. Elle a un défaut structurel : elle n’impose pas d’investissements une fois adoptée.

En d’autres termes ? 

Beaucoup de bruit pour rien. C’est pour cette raison que son calendrier législatif a été accéléré, je ne parle même pas d’un déni de démocratie. D’autres lois importantes doivent passer à la suite, comme celle sur la procréation médicalement assistée. Cette loi est devenue un poids pour le gouvernement.

Qu’a-t-il manqué pour en faire une loi structurante ? 

Ce n’est que mon interprétation évidemment mais l’intention de départ était une grande loi — la fusion des corps, la suppression du CNU… — du même niveau que celle de 1984. Là, on finit avec les émérites qui garderont quelques privilèges et la suppression des autorisations de cumul. En réalité, cette loi est vide.

À lire aussi dans TheMetaNews

Élisabeth Bouchaud, la vie en deux actes

On accède au bureau d'Élisabeth Bouchaud, situé sous les toits d’un immeuble parisien, grâce à un de ces étroits escaliers en colimaçon. L’ambiance, ocre et rouge, y est méditerranéenne. Au rez-de-chaussée, la pièce du jour s'apprêtait à débuter ; l’ouvreuse appelle...