La mission du CNRS, si il l’accepte…

— Le 15 novembre 2019
…est, dans la période 2019-2023 de simplifier la vie des chercheurs et des directeurs d’équipe, en particulier en cas de tutelle mixte. Le document de travail (non encore définitif, donc) précise qu’il faut « travailler sur l’idée [on appréciera la taille des pincettes, NDLR] que le CNRS puisse devenir tutelle secondaire de l’unité et non plus tutelle principale quand le nombre d’agents CNRS en leur sein est minime ».
Toujours en matière de simplification, le rapport propose la mise en place d’unités mixtes de support pour simplifier la vie de ceux à la tête des UMR. Voici quelques autres mesures préconisées dans le texte, qui sera voté dans deux semaines environ :

Soutenir l’interdisciplinarité en y consacrant 20% des nouveaux postes de chercheurs ;
Lancer 50 start-ups par an et doubler le nombre de projets en maturation ;
– Un objectif de 100% des publications CNRS en accès libre ;
100 postes d’ingénieurs-transfert pour la maturation technologique au sein des labos ;
Recruter 100 ingénieurs pour aider à monter les projets européens ;
Revaloriser les primes des lauréats ERC et des porteurs de projets collaboratifs ;
Augmenter la proportion de femmes au sein de l’institution ;
Mettre en place un “tenure track” avec les universités volontaires.A noter une première partie passionnante (attention premier degré) sur les recherches à venir dans les cinq ans au sein de l’institut. Savez-vous notamment ce qu’est la « matière noire végétale » ?

À lire aussi dans TheMetaNews

Les ups and downs de l’open

Qui n’a pas envie d’être lu ? Le consensus grandit : publier vos résultats en accès ouvert vous permet d’être plus largement cité. Si toutes les études ne s’accordent pas sur son ampleur, le phénomène existe bel et bien, comme le précisait vos collègues allemands,...

Le doctorat, un projet pas comme les autres

Les appels à projet sont entrés dans vos vies : deux tiers d’entre vous estiment que la recherche est principalement financée de cette manière, si l’on en croit l’enquête réalisée à l’été 2022 par le Cneser (Conseil national de l'enseignement supérieur et de la...

« On m’a suspendu sans me donner aucune explication »

C’est un gros dossier qui s’apprête à être jugé dans la salle d’audience du ministère de l'Éducation nationale ce jeudi après-midi. Alors que les dix juges du Cneser disciplinaire échangent quelques mots, deux assistants s'attèlent à mettre en place la téléconférence...