Les défis de la France à l’ERC

— Le 23 juin 2021

La « Ligue des champions » de la science
Ces bourses d’excellence européenne sont devenues un enjeu stratégique.

Pour un kopeck de plus. A son grand dam, le président de l’ERC Jean-Pierre Bourguignon n’a pas réussi à négocier une rallonge budgétaire significative. Néanmoins avec 16 milliards d’euros sur sept ans (sans compter les contributions des pays hors UE), l’influence de ce bastion de la science excellente (comme elle se définit elle-même) ne faiblit pas. Pour reprendre les mots du commissaire européen à la recherche Janez Potocnik à l’époque de sa création en 2007 :« Je vois l’ERC comme une sorte de Ligue des champions du savoir »

Top of the pop. Quatorze ans et deux plans d’investissement plus tard, le pari semble remporté pour l’ERC, où les chercheurs se bousculent (+24% sur les starting grant cette année). Tous les établissements français, pour des raisons à la fois financière et de prestige, veulent que leurs chercheurs y soient bien représentés et communiquent larga manu sur leurs succès.

Course à l’échalote. C’est mathématiquement le CNRS qui tire son épingle du jeu en termes de nombre de lauréats ERC (633 l’année dernière), avec une mention spéciale pour l’Inria, en proportion de ses effectifs. Les universités arrivant derrière. L’Inria a même mis sur pied des postes conditionnés à l’obtention d’une grant ERC (dont les sélections sont en cours) malgré l’opposition des syndicats.

Milieu de peloton. Même si des pays comme la Hollande “surperforment” à l’ERC, quand on rapporte les résultats à leur taille, la France y tient son rang avec des taux de succès de 15% environ et se place dans la bonne moyenne européenne. Le vrai retard français se situe du côté des sciences humaines : 180 projets déposés en 2020, trois fois moins que le Royaume-Uni. 

Starting block.  Le calendrier des ERC pour la saison 2021/2022 est bien sûr déjà fixé et est le suivant ( Date d’ouverture | Budget total) :
– Starting grant   23/09/21 | 757 millions d’euros 
Consolidator grant   19/10/2021 | 784 millions d’euros 
Advanced grant   20/01/22 | 561 millions d’euros 
Synergy grant 15/07/21 | 300 millions d’euros
Le ministère a un PAPFE

L’amélioration des résultats de la France aux appels d’offres européens passe par cet acronyme un peu barbare, initié par le ministère de la Recherche auprès des établissements. Frédérique Vidal insistait notamment il y a quelque semaines sur « la complexité administrative des dossiers ERC » dont la partie non scientifique devrait être « remplie par quelqu’un d’autre que le porteur de projets ». Le système, incitatif auprès des établissements, prévoit en outre des intéressements pour les chercheurs que ce soit en grade ou par des indemnités.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...