Les dés sont (re)lancés au Haut Conseil

— Le 17 juin 2020

Il ne peut en rester qu’un
Ou comment la présidence du Hcéres est devenu un enjeu politique.

Un premier tour de chauffe. Le siège du président du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres) est vacant depuis fin octobre. Ce n’est pas faute de volontaires : outre la candidature collective lancée par RogueESR (finalement rejetée en février dernier), trois personnalités sont montées au créneau : d’abord Thierry Coulhon, conseiller élyséen à la recherche, Catherine Dargemont et Véronique Chanut.

Le ministère relance la procédure. Ce qui ne devait être qu’une simple nomination par décret (comme pour Michel Cosnard) est devenu un processus politique, ralenti par le Covid et le fait que le candidat “naturel” Thierry Coulhon a été à la fois juge et partie dans ce processus de nomination, comme le pointe (sans le condamner) le conseil de déontologie qui a rendu ses conclusions il y a trois jours. Le n-ième épisode d’une saga à rebondissements.

L’évaluation voulait un “big bang”… Lors de son intervention aux 80 ans du CNRS, Emmanuel Macron avait pointé les lacunes de l’évaluation à la française, un système « mou, sans conséquences réelles ». Mais la transformation du Hcéres en Autorité publique indépendante, dôtée d’une personnalité morale et d’une responsabilité juridique, un temps évoquée, n’est pas dans le projet de loi Recherche publié il y a quelques jours

.… mais prépare un “small bang”. Le texte, encore en discussion, ne prévoit en effet que de simplifier la procédure, renforcer la crédibilité ou conforter l’utilité de l’évaluation et avère le « peu d’effets » qu’elle a sur la recherche mais ne modifie qu’à la marge les missions du Hcéres. Retour à la case départ ?

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...