Les docteurs au chevet des grands corps

— Le 19 mai 2021

Non, pas ce grand corps malade 
La suppression de l’ENA signe-t-elle le grand soir de l’accession des docteurs à la haute fonction publique ? C’est moins évident qu’il n’y paraît.

On ferme. 
Annoncée par Emmanuel Macron il y a déjà plus d’un mois, mais en gestation depuis presque cinquante ans, la suppression de l’ENA et sa transformation en un Institut de service public, « tronc commun » à treize écoles est une promesse remontant à avril 2019, en pleine crise des Gilets jaunes. Le président a tenu d’ailleurs presque exactement les mêmes propos à deux ans d’intervalle :« L’Institut sera plus ouvert au monde académique et de la recherche, en France comme à l’international. »

Promotions docteurs. Après l’ouverture des concours de l’ENA aux docteurs en 2013 et la création d’un concours spécial docteurs en 2019, c’est un nouveau pas pour les promoteurs du doctorat, surtout en sciences sociales. La Conférence des présidents d’université prévient néanmoins :« La réforme du recrutement et de la formation des hauts fonctionnaires ne peut se résumer (…) à un ravalement de façade. »

Tout changer pour ne rien changer. Cette inquiétude est partagée par d’autres, qui pointent des résistances internes et le risque paradoxal que le nouveau cursus ISP ne désavantage même les docteurs, en les obligeant à allonger encore des études déjà très longues. Yann-Maël Lahrer, fondateur d’Okaydoc, renchérit :« J’ai peur que ce soit une opération de rhabillage, on change le nom mais pas la philosophie de la fonction publique en apportant une petite dose de diversité sociale mais pas intellectuelle. »

Role model. Certains incarnent déjà néanmoins cette volonté de “doctoriser” la haute fonction publique, même si ils sont encore une minorité, comme Anastasia Iline, haute fonctionnaire qui a intégré l’ENA à l’époque où le concours spécial docteur n’existait pas encore :« Dans certains pays ne pas avoir de doctorat est impensable, le paysage français est très spécifique mais l’Europe et l’international joue pour nous. Il y a quand même des freins : la valeur intrinsèque d’un doctorat varie selon les disciplines. » 

Un tour dans les archives.  Tenter le coup des concours de l’ENA ne coûte rien, la preuve avec cette interview du physicien Quentin Glorieux, reçu dans les hautes sphères…  avant de finalement décliner la proposition.
L’autre pays du doctorat

Être docteur outre-Rhin, ça pose sa femme (ou son homme) : le titre de docteur est notamment mentionné sur la carte bleue et la carte d’identité. L’Allemagne, où l’université forme l’élite des administrations contrairement à la France (Napoléon y est pour beaucoup), n’est pourtant pas un paradis pour les chercheurs, rappelle RogueESR dans cette analyse fouillée. Le mandarinat et la précarité y prospèrent en effet. Et si la comparaison France-Japon vous intéresse, consultez cette étude, qui remonte certes un peu, mais montre que faire briller le doctorat, c’est aussi (et surtout) une question de volonté politique.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...