Les enseignants-chercheurs accros au PCP

— Le 3 avril 2020
Depuis le premier cas de Covid-19 à Tolbiac le 12 mars, toutes les universités ont fermé leurs portes ; enseignants et étudiants se retrouvent projetés dans un monde inconnu, celui des plans de continuité pédagogique (PCP). 

Non pas ce PCP là, heureusement (explication)« Les équipes pédagogiques sont au boulot. Les universités ne sont pas fermées », Gilles Roussel se veut rassurant à l’ouverture de la conférence de presse de la conférence des présidents d’université (CPU) ce mercredi 1er avril (ce papier ne contient aucun un poisson d’avril). Son vice-président Olivier Laboux se félicite même de la rapidité de la mise en place de la continuité pédagogique en ligne : « Nous avons mis cinq jours à faire ce qui était prévu en cinq ans sur le schéma numérique ! ».

D’abord l’explosion
En réalité, les services numériques des universités n’étaient pas si bien préparé à ce « flux digital qui explose ». Les plateformes Moodle, mises à la disposition des enseignants pour créer des modules en ligne sont notamment aux abonnés absents, malgré leur utilité pour mettre en place des QCM (questionnaire à choix multiple) afin que les étudiants s’entraînent. Enfin, les outils de Renater, pris d’assaut, n’étaient « nullement conçus et adaptés pour l’enseignement à distance ».

Les enseignants sont donc plus critiques : « Tout le monde essaie de faire comme avant, mais ça entraîne une augmentation de la charge de travail », confie Julien Gossa. Beaucoup d’enseignants se sont en effet rabattus sur Zoom ou Discord, qui peuvent respectivement accueillir jusqu’à 100 et 50 participants – et pas que pour des apéros. Alternativement, Skype marche toujours pour les plus attachés aux outils qui traversent les décennies et Teams peut aussi être une solution pour ceux qui ont un accès pris en charge par leur établissement. Bref, il faut s’adapter et ça prend du temps.

Puis vient la compréhension
Et il faut garder le contact avec les étudiants. Quel message leur faire passer ? Ferme pour éviter la démobilisation ou bien compréhensif pour ne pas ajouter du stress à la situation ? Caroline Muller, enseignante à Rennes 2, milite pour la deuxième option. Dans un message humain adressé à ses étudiants, elle leur propose « de garder un peu d’activité intellectuelle et d’éviter un « décrochage » trop violent, pas de préparer à tout prix tout ce qui était prévu ».

Plus de compréhension pour les étudiants mais aussi pour les enseignants, c’est ce qui transparaît dans la nouvelle version du fameux plan de continuité pédagogique (PCP) mis à jour le 1er avril – toujours pas de poisson – plus détaillée que la première version qui restait floue. La CPU aussi se veut rassurante : « Il faut garder une charge de travail soutenable pour les étudiants mais aussi mesurer la fatigue des équipes enseignantes pour tenir l’effort dans la durée », répond Christine Gangloff-Ziegler à TheMetaNews. Quand à Olivier Laboux, il reste optimiste : « On ne fait pas moins bien, mais différemment ! Les maîtres-mots doivent être humilité et confiance aux équipes pédagogiques. » 

Au final, pas de flicage
Et l’évaluation ? Cette semaine Frédéric Restagno, chercheur au CNRS et responsable d’un parcours du Master 2 de physique de l’ENS, organise les examens pour ses 25 étudiants. « Avec l’équipe pédagogique, on pense à un système de “pass or fail”, avec deux notes possibles : 10 ou 16/20 », raconte le physicien. Selon les professeurs, ce sera examen oral par Skype ou examen écrit en surveillance via l’application Zoom, le tout en mettant « un minimum de pression aux étudiants ».
Bien d’autres options existent comme le montre le travail du collectif de Strasbourg. Restera à trancher !
Ailleurs dans le monde

– Science Business propose un rapide tour d’Europe des solutions.
– Dès les premiers jours de la crise, Martin Weller, chercheur anglais en technologie de l’éducation, avertissait du grand défi pour les universités et distribuait quelques conseils pratiques.
– Comment organiser un cour magistral avec plus de 50 étudiants ? La réponse de Singapour.
– Pour ces professeurs américains, la compassion est la meilleure réponse à la panique.
– En Algérie, c’est nouveau, le ministère demande des cours en ligne.
-Enfin, cinq conseils pour enseigner en ligne tant que la crise durera dans Nature.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...