Les leaders des sondages

— Le 24 mai 2019
Les sept listes qui suivent ont les plus grandes chances de pouvoir placer au moins de leur candidat au Parlement européen.


Pour la France : Transformer l’Europe
François-Xavier Bellamy, Union de la droite et du centre
C’est 75 propositions que la liste de la droite et du centre a colligé pour ce scrutin européen. Parmi elles, certaines concernent la recherche et l’enseignement supérieur, comme instaurer un un « Erasmus 3.0 » universel (proposition 26) pour tous les jeunes qui le souhaitent, depuis le collège jusqu’à la faculté. Les programmes de recherche sont également mis en avant, au travers de l’adoption d’une grande cause européenne (proposition 63) « pour découvrir le remède à Alzheimer, Parkinson et les maladies neuro-dégénératives » dans les cinq années du mandat (sic). La proposition 64 vise à établir une stratégie européenne pour l’intelligence artificielle. Pour l’anecdote, il est également proposé que des scientifiques de renom (Pierre et Marie Curie, Albert Einstein) puissent orner les billets de banque, à l’image de Goethe, Cervantes ou Van Gogh.
Aucun des candidats en position éligible n’entretient en revanche de rapport évident avec le monde de la recherche ou de l’enseignement supérieur.

Projet Renaissance
Nathalie Loiseau, LREM
L’accent est particulièrement porté dans ce programme sur l’écologie (1000 milliards pour la transition écologique, sortir du glyphosate, transparence sur l’évaluation des produits chimiques…) mais ne comporte aucun engagement clair sur les budgets ou la politique de recherche. On a tout de même détecté quelques mesures qui favoriseraient la science, comme de « de transférer le capital d’une entreprise à une fondation (…) l’autoriser à investir dans des causes de bien commun », ainsi que côté enseignement supérieur, la création d’une « vingtaine d’universités européennes d’ici 2024 » où chaque étudiant bénéficierait « de cursus, de diplômes communs et d’une mobilité libre ».
A signaler sur cette liste, Pierre Karleskind, vice-président de la région Bretagne, PhD en philosophie et océanographe.

Europe écologie
Yannick Jadot, EELV
Cette liste verte propose bien sûr un programme très axé sur l’écologie, avec notamment un plan d’investissement massif de 100 milliards d’euros pour sauver le climat dont on imagine volontiers qu’une partie sera reversée à la recherche et au développement de technologies propres, sans qu’aucun montant ne soit toutefois avancé.
Parmi les têtes de liste en position éligible, aucun chercheur ou universitaire, même si on notera la présence de Michèle Rivasi (ENS, agrégée en biologie), connue pour son engagement au sein de la Criirad mais aussi plus récemment pour ses positions « vaccinocritiques », pour reprendre ses termes.

L’Avenir en commun, en Europe aussi !
Manon Aubry, La France insoumise
Le programme de cette liste pour le scrutin du 26 mai (on se permet de vous rerappeler la date) évoque explicitement les problématiques de la recherche, au travers de plusieurs propositions, notamment la création d’un « institut européen public de recherches sur la transition énergétique ». Mais ce n’est pas tout. Le programme prône également de monter des « laboratoires de recherche publique européens » (santé, éducation, environnement…) mais aussi d’augmenter l’effort financier en faveur de la recherche et de l’enseignement supérieur, avec « un objectif de 3% du PIB », ce qui, rappelons-le était déjà inscrit dans la Stratégie de Lisbonne, lancée en… 2000. La France insoumise précise vouloir écarter de ces financements les labos soutenus par le mécénat des grands groupes (Total, LVMH…). L’objectif général de ces mesures est de « redonner aux chercheurs le droit au temps long dont ils ont besoin ».
What else ? Le second de la liste LFI, dont vous pourrez trouver la liste intégrale ici, Manuel Bompard, est titulaire d’une thèse en mathématiques appliquées à l’aéronautique, le 6e, Emmanuel Maurel a « enseigné dans le supérieur ».

Prenez le pouvoir
Jordan Bardella, Rassemblement nationalNi la recherche, ni l’enseignement supérieur ne sont explicitement cités dans les mesures proposées par le RN et sa tête de liste Jordan Bardella, principalement axées sur la politique migratoire et la révision des textes européens.
Aucun candidat potentiellement éligible, à l’exception notable de Gilles Lebreton, docteur en droit public, professeur d’université et directeur de laboratoire, n’a de rapport direct avec l’ESR ou la recherche. Nous avons vérifié jusqu’à la 25e place de la liste RN.

Amoureux de la France, unissons-nous !
Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France !
C’est Nicolas Dupont-Aignan qui prend la tête de la liste de son propre parti aux Européennes, avec un programme axé sur la souveraineté des peuples. Il contient quelques propositions concernant directement la recherche, comme « un plan de lutte contre le cancer, Alzheimer et les maladies orphelines » ou un effort dans les énergies propres (panneaux solaires, filière thorium) ou la recherche de « substituts non polluants aux glyphosates ». Sa proposition la plus forte est certainement de « favoriser les investissements privés et publics dans la recherche et l’innovation pour atteindre 5 % du PIB européen comme la Corée du Sud ». Mazette ! Pour mémoire, nous en sommes à environ 2 % aujourd’hui, public et privé confondu.
Par ailleurs, aucun des candidats en position éligible de la liste DLF n’occupe de poste dans la recherche ou l’enseignement supérieur.

Envie d’Europe écologique et sociale
Raphaël Glucksmann, divers
Menée par l’es sayiste Raphaël Glucksmann, cette liste d’union de gauche (PS, PRG…) propose dans son programme « d’investir massivement pour développer une recherche indépendante » (point 6), particulièrement dans le domaine énergétique mais aussi un mécanisme de protection des investissements nationaux dans la recherche, notamment (point 27). Toujours ça de pris.
Les outsiders labos compatible sOn a essayé de vous extraire des programmes des 27 listes (!) restantes, les pépites concernant l’ESR. 

– La Liste citoyenne du Printemps européen (Benoît Hamon, Generation.s) propose un pass liberté pour étudier en Europe, avec une bourse de 850 euros par mois.
Les Européens (Jean-Christophe Lagarde) proposent à la fois la création d’un livret E pour l’investissement dans des projets d’avenir et l’augmentation des « budgets européens liés à la recherche agronomique ».
On va s’arrêter un peu plus longuement sur le programme du parti Pirate (Florie Marie), qui est riche et promeut l’open science sous toutes ses formes, donc le libre accès pour les résultats scientifiques et les publications en commons ainsi que le développement de logiciels libres. Les pirates prônent un allégement des brevets pour faciliter la recherche. De plus, ils veulent « rendre l’approche scientifique obligatoire dans tout processus de prise de décision environnementale ».
Urgence écologique (Dominique Bourg) veut augmenter « les moyens alloués à la recherche scientifique indépendante » et réorienter la recherche européenne vers l’écologie.
– Le programme d’Allons enfants (Sophie Caillaud) est plutôt complet en terme d’innovation. Jugez par vous-même (proposition 21).
– L’Union démocratique pour la la liberté, égalité, fraternité (Christian Person) propose quelques mesures axées éducation et recherche.
Evolution citoyenne (Christophe Chalençon) veut « des programmes de recherche dans les énergies propres financés par la taxation des gros pollueurs ».
-Le Parti fédéraliste (Yves Gernigon) propose de nombreuses mesures typées innovation/ recherche, notamment des plans d’investissement.
-La Liste de la reconquête (Vincent Vauclin, Dissidence résistances) veut lever les entraves à la « liberté d’expression et à la recherche historique ».
-Le Parti des citoyens européens (Alexandre Auric) a lui de hautes ambitions pour la recherche, en préconisant d’atteindre les 3% du PIB… soit en gros d’augmenter de 50% les budgets actuels, tout de même.
Ca va être compliqué pour les chercheurs au cas (plus qu’improbable) où la liste Une France royale au coeur de l’Europe (Robert de Prévoisin) se fait une place au Parlement. Cette liste, au programme par ailleurs plutôt complet, veut « sortir du sortilège républicain » et, côté recherche, considère « toute manipulation génétique, et toute production ou récupération de fœtus doit être strictement interdite ».
Ceux qui ne proposent rien (ou presque)

Pour l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent (Ian Brossat, PCF) ne propose aucune mesure spécifique ESR.
Les Patriotes au Parlement européen (Florian Philippot, Les Patriotes) préconisent avant tout une sortie de l’Union européenne.
Décroissance 2019 (Thérèse Delfel) ne propose pas de mesures spécifiques ESR, même si certains points de son programme y sont indirectement liés.
– Le Parti révolutionnaire communistes (oui, il y a un “s”), dont la liste est menée par Antonio Sanchez, ne dispose pas d’un programme clair et n’a apparemment pas eu le temps de déposer une profession de foi.
Contre le grand capital, le camps des travailleurs (Nathalie Arthaud, Lutte ouvrière) ne propose aucune mesure spécifique ESR.
– Le programme d’Ensemble pour le Frexit (François Asselineau, UDR) est clair : le Frexit, le Frexit, le Frexit.
Alliance jaune, la révolte par le vote (Francis Lalanne) ne propose pas de mesures “ronds de cuir” (attention, trait d’humour).
– Rien du côté du mouvement initiative citoyenne (Gilles Helgen), qui n’a qu’une proposition : mettre en place le référendum d’initiative citoyenne au niveau européen.
– On aurait bien dit un mot, voire fait un peu de mauvais esprit, à propos de La ligne claire, la liste de l’essayiste Renaud Camus, mais il l’a lui-même reniée le 22 mai après qu’une de ses colistières ait dessiné une croix gammée à la plage. Donc bon…

Les propositions des listes suivantes sont trop catégorielles : Les oubliés de l’Europe, le Parti animaliste, Langue commune et équitable pour l’Europe, A voix égales, Démocratie représentative, Neutre et actif. Enfin, nous n’avons pu consulter le programme exact de l’Union pour une Europe au service des peuples, leur site étant hors ligne.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...