Mais que va devenir l’IRD ?

— Le 31 mars 2021

La fusion ne se pratique pas que dans les tokamaks
La Cour des comptes prépare le terrain à une internalisation par le CNRS.

Rue Cambon. 
Les rapports de la Cour des comptes passent rarement par quatre chemins et celui consacré à l’Institut de recherche et développement (IRD), paru début mars ne fait pas exception. Cet EPST, un des six français (voici la liste pour mémoire) et focalisé sur les « pays en développement », est aujourd’hui au cœur d’une réflexion sur son devenir.

Bons et mauvais points. Les sages de la rue Cambon égrènent ainsi les réussites de cet institut, notamment l’expertise du terrain de ses chercheurs. Mais pointe également ses échecs en termes peu amènes quoique courants dans ce genre d’audit. Deux exemples : la gestion de son patrimoine immobilier ou sa politique de valorisation.

Ils ne feront qu’un. Avec 855 chercheurs en son sein, cet institut très pluridisciplinaire (dont voici les missions) souffrirait donc d’une dispersion de ses moyens et d’un manque de visibilité, ce qui pousse les magistrats à demander son « rapprochement organique avec un autre opérateur ». En d’autres termes : une fusion avec le CNRS.

Bulles. Les fusions ne sont pas une exception dans le paysage français, comme celle de l’Inra et de l’Irstea, effective depuis le 1er janvier 2020. Dans ce cas déjà, l’absorbant et l’absorbé étaient de tailles très différentes. Dans le scénario privilégié par la Cour, l’IRD ne serait pas dilué dans le CNRS mais internalisé sous forme d’un institut.

Rien n’est fait. La recommandation de la Cour des comptes est claire, les réponses des tutelles le sont moins. Le Premier ministre estime que le CNRS est « peu familier des enjeux d’une recherche pour et avec les pays du Sud », le CNRS justement n’est « en rien demandeur » d’un rapprochement (mais propose des solutions au cas où), la direction de l’IRD craint logiquement une « dilution » de ses prérogatives.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...