Olivier Coutard : « Nous pourrions doubler les recrutements du CNRS »

— Le 13 octobre 2021

Socio-économiste, Olivier Coutard se présente contre Antoine Petit à la présidence du CNRS. 

Toutes les candidatures à la présidence du CNRS — trois ont été rendues publiques — ont été envoyées au ministère de la Recherche, qui va maintenant monter un comité de sélection et procéder à son choix avant la fin du premier mandat d’Antoine Petit, fin janvier prochain. Le processus n’est traditionnellement pas transparent à chacune des étapes. En cas de retard (remember Thierry Coulhon au Hcéres), une présidence par interim serait organisée.

Pourquoi vous être porté candidat à la présidence du CNRS ?

J’ai mes convictions et des idées à apporter suite aux propositions que nous avons formulé pour la Loi de programmation de la recherche. Ce processus est une nomination pas une élection, je vous le rappelle, mais jouons le jeu. Si d’aventure j’étais nommé malgré le fait que je n’ai jamais dirigé d’établissement, je demanderais des engagements sur le financement et le recrutement de personnels : si le CNRS engageait autant de personnels que la loi l’y autorise, nous pourrions doubler les recrutements et passer la barre des 1 000 annuellement.

Continuons : quelles autres mesures mettriez-vous en place ?

Consacrer 1% du PIB à la recherche, cela signifie augmenter encore plus significativement les ressources de la recherche dans les dix ans à venir : la LPR ne prévoit d’arriver qu’à 0,8% environ, ce qui équivaudrait en euros constants à une stabilité des financements de la recherche. Insuffisant quand on constate l’étiolement qu’a connu le CNRS ces dernières années. Il faut également redonner la main aux établissements en termes d’autonomie.

De quelle manière ?

Le système est trop contraignant : simplifier la vie administrative des chercheurs serait un autre de mes objectifs. Enfin, je prône un changement de philosophie pour introduire plus de collégialité dans les décisions. Antoine Petit a fait le job mais aurait pu prendre le temps d’élaborer collectivement certains points, s’appuyer plus sur nous, les chercheurs, bref, prendre le temps de la concertation.

À lire aussi dans TheMetaNews

Christine Noiville : « Nous ne travaillons pas hors sol »

Le Comets fête ses 30 ans. Quel bilan après trois décennies ? Depuis sa création en 1994, le Comets a rendu 45 avis, bientôt 46. C’est un bon rythme ! Sur un plan plus qualitatif, trois constats s’imposent. D’abord, il a été de plus en plus souvent interpellé par...