On rembobine la Loi Recherche

— Le 12 février 2020
Un an après sa première évocation, faisons le point sur cette Arlésienne qu’est devenue la LPPR. 

Au village, sans prétention, elle a mauvaise réputation. 

La loi de programmation pluriannuelle de la recherche fait en effet presque l’unanimité contre elle, sans que le texte de loi ne soit officiellement connu. Après moult reports, il devrait l’être fin mars début avril pour un passage à l’Assemblée et au Sénat avant l’été, comme l’a assuré la ministre de la Recherche devant les directeurs d’unité du CNRS le 06 février, malgré un calendrier parlementaire surchargé. De très nombreuses préversions de la loi circulent, attisant les craintes. Si rien n’est avéré aujourd’hui, certaines mesures y seront à coup sûr :
– Des “tenure track” à la française, appelées chaires de professeur junior;
– Le CDI de mission scientifique ou “CDI de chantier” pour les intimes (déjà en place dans certains instituts) ;
– Une réforme de l’évaluation des équipes et des laboratoires (attention au retour des notes) par le Hceres ;
– Des taux de succès aux appels d’offre de l’Agence nationale de la recherche portés à au moins 20% grâce à un financement ad hoc ;
- Un assouplissement (d’aucuns diraient une dérégulation) du cumul d’activité pour les chercheurs ;
– Une revalorisation des chercheurs et enseignants chercheurs en 2021 à hauteur de 92 millions d’euros, même si de nombreuses questions persistent.

En toile de fond la promesse, jamais tenue depuis vingt ans, que la France consacre 3% de son PIB à la recherche, dont 1% à la recherche publique à l’issue des sept ans de cette loi de programmation. Sept ans, sept saisons de la série LPPR ? Rien n’interdirait de la déprogrammer dans l’intervalle.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...