Suspendus à l’Europe

— Le 9 décembre 2020
La titularisation assurée en cas d’obtention d’un financement européen ?
Inria le propose à ses post docs. Ca mérite quelques explications.

De quoi parle-t-on ? L’Institut de recherche a lancé un dispositif pour les postdocs, salariés ou non de l’Inria, visant à améliorer leurs chances de décrocher l’ERC starting grant, un financement européen, prestigieux, sélectif (moins d’une chance sur six d’en décrocher un) et rémunérateur. Les candidats retenus dans le dispositif se verront offrir un poste d’une durée de trois ans et un accompagnement personnalisé pour constituer leur dossier à l’ERC et le déposer jusqu’à deux fois.

Dix candidatures, trois postes. Initié début novembre et présenté aux représentants des chercheurs dans la foulée, le dispositif devait être bouclé au 10 décembre. Il suscite des remous en interne, notamment parce qu’il conditionne la pérennisation du poste des candidats à l’obtention de ce fameux ERC. Rappelons qu’une fois obtenu, la grant de l’ERC est aux mains du chercheur qui l’a gagnée. Trois postes sont concernés au sein de l’Institut, une dizaine de candidatures aurait été récoltée.

Calendrier serré. Un chercheur proche du dossier témoigne des inquiétudes au sein des représentants du personnel pour cette disposition qui concerne des personnels précaires : « Préparer une ERC est un gros travail qui ne se valorise pas en cas de refus (…) nous demandons l’arrêt du dispositif pour cette année et qu’il y ait une discussion. L’Inria veut plus d’ERC : nous aurions pu proposer d’autres stratégies pour ce faire. »

Un ballon-sonde. Interrogé, Jean-Frédéric Gerbeau, directeur général délégué à la science de l’Inria, nous livre son analyse : « Même si elle a raté l’ERC, la personne pourra naturellement présenter des concours de recrutement. Cela ne la pénalisera en aucune manière (…) Les postes qui seront attribués par ce biais existaient déjà (…) Le sujet n’est pas de faire de cette voie une norme pour nos recrutements permanents, cela n’aurait pas de sens. » 

Question de contexte  Limitée à l’Inria — à moins qu’elle n’inspire d’autres établissements —, cette disposition a une valeur symbolique plus forte que sa portée réelle mais intervient dans un contexte politique marqué par les débats autour des chaires de professeur junior. L’Inria avait par ailleurs lancé il y a quelques mois les ISPF.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...