Trois amendements suspendus à un fil

— Le 4 novembre 2020

Le CNU tient à un fil
La fin de cycle parlementaire de la loi Recherche réserve quelques surprises.

Stop ou encore ? Les scénaristes et les écrivains appellent ça un “cliffhanger”. L’insertion surprise de trois amendements en dernière minute dans la loi Recherche a soulevé un tsunami d’indignation (sociétés savantes, syndicats, collectif, universitaires…) dans le monde universitaire. Voici les trois textes en question.

1 Le CNU court-circuité  Les textes (deux en réalité) permettraient de se passer du Conseil national des universités (CNU) pour la nomination des professeurs déjà maîtres de conf, ainsi qu’à titre expérimental jusqu’en 2024 pour les maîtres de conférence, en supprimant la “qualification”.
 2 Tu n’entraveras point  Cet amendement punit de jusqu’à 7 500 euros d’amende et d’un an d’emprisonnement toute « intrusion » dans le but d’entraver un débat dans une université et vient durcir la législation en la matière.
 3 Libertés en question  C’est certainement l’amendement le plus polémique de la smalah : en une ligne, il conditionne les libertés académiques « au respect des valeurs de la République »… sans préciser lesquelles (c’est tout le problème).

Pris en flag. Si les deux derniers semblent circonstanciels — liés à la mort de Samuel Paty dans les conditions que l’on sait — celui sur le CNU a tout d’une oukase de Frédérique Vidal qui louvoie sur le sujet depuis des mois. La réforme, voire la suppression, de cette institution était au programme d’Emmanuel Macron en 2017.

Question de timing. La loi Recherche doit encore passer une dernière étape, appelée commission mixte paritaire, avant d’être définitivement adoptée. Sept députés et autant de sénateurs rediscuteront dans quelques jours de ces trois amendements (entre autres), le suspense durera donc jusqu’au 09 novembre. Stay tuned.

À lire aussi dans TheMetaNews

La légion à la boutonnière

Ils ou elles sont devenus chevaliers, officiers, commandeurs.... voici la promotion de la Légion d'honneur du côté de la recherche. Et c'est parti pour la promo du 14 juillet de la Légion d'honneur, traditionnellement parue au Journal officiel le jour de la fête...

La rupture tranquille du doctorat

Des doctorats 100% dans le privé sans encadrant académique ? Le nouveau contrat doctoral de droit privé ouvre la voie malgré des garde-fous. C’est en toute discrétion que la naissance du contrat doctoral de droit privé crée un précédent. Instauré par un décret de...

Aux portes de l’Assemblée

Ils ou elles sont chercheurs et se sont présentés aux législatives. À la veille du second tour, on fait le compte (et quelques paris). Ballotages en série. Qui représentera de près ou de loin les labos au palais Bourbon ? Nous nous sommes amusés à recenser (avec...