Alice, Bob et tous les autres

— Le 9 février 2021

La grande sœur
Sécurité d’abord, c’est l’avantage des communications quantiques. Où en est-on aujourd’hui ?

Tout savoir sur Alice&Bob, c’est par là ou avec Théau Perronin

Première techno quantique à sortir du labo, la cryptographie quantique a servi à sécuriser les élections suisses en 2007 (grâce à ID Quantique, célèbre spin-off de l’université de Genève). Aujourd’hui, tout un chacun – surtout les banques – peut acheter un système pour s’échanger des clés quantiques.

Franchir les océans. Les systèmes actuels ne tirent pas complètement avantage des propriétés quantiques et étendre les distances est toujours un défi : la limite est actuellement de l’ordre de 100 km mais les physiciens rêvent de déployer des communications intercontinentales.

Plus on est de fous. Communiquer à deux, c’est bien, à dix, c’est mieux. Et pour cela, il faut un réseau. Les techno quantiques peuvent s’appuyer sur les réseaux fibrés existant – avec quelques aménagements bien sûr, que financent déjà certaines régions – voire carrément utiliser les satellites.

Distribuons les cartes. Enfin, des protocoles de calcul ou de stockage pourraient être réalisés sur un tel réseau quantique, le tout en toute sécurité. Pour la startup Veriqloud, les usages se précisent avec de potentiels clients.

À lire aussi dans TheMetaNews

Pourquoi les chercheurs fraudent-ils ?

À l'évocation du terme “fraude scientifique”, quelle image vous vient ? Peut-être celle d’un homme aux cheveux blancs, longs, arborant de grosses lunettes dans le style des années 1980 et une blouse blanche. Assis à son bureau, il explique calmement face caméra qu’il...

La recherche à la sauce NFP

Les commentateurs commentent, les pronostiqueurs pronostiquent… À l'heure où nous écrivons ces lignes, ni le nom du (ou de la) Première ministre ni de facto celui du ou de la future ministre de la Recherche ne sont connus. Les résultats surprise des élections...

En direct des JO de la reproductibilité

Grenoble, 26 juin 2024. Une vingtaine d’économistes se retrouvent par une journée ensoleillée sur le campus de Saint Martin d’Hères. Pas pour un énième séminaire mais pour une activité d’un genre nouveau : tenter de répliquer des résultats publiés dans des revues...