La lumière (du labo) au bout du tunnel

— Le 28 avril 2020
Le retour au labo peut s’envisager à partir du 11 mai… mais dans quelles conditions ? On fait le point.

Il est encore trop tôt pour parler de plan de reprise d’activité dans la recherche. Sauf évidemment pour ceux qui n’ont pas quitté les locaux pour assurer la maintenance du matériel, voire la survie des animaux ou tout simplement pour combattre le Covid-19.

Le sujet est maintenant sur la table. Jeudi dernier, suite aux annonces présidentielles du 13 avril, la Conférence des présidents d’université (CPU) a tenu sa première réunion sur le sujet, qui a été également au menu du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) le 21 avril. Le président de la CPU, Gilles Roussel dit vouloir s’appuyer sur l’expérience des labos qui n’ont pas fermé leurs portes.

Une chose est sûre. Si les facultés sont fermées pour les cours en présentiel jusqu’à la rentrée de septembre, les laboratoires de recherche pourront rouvrir à compter du 11 mai. Reste à déterminer le calendrier de ce retour aux affaires scientifiques. Faute de directives centralisées claires — qui ont fort peu de chances d’être édictées par le ministère de la Recherche —, il sera laissé à l’appréciation des instituts et universités.

Au moins 15 jours de battement. A l’Inrae, notamment, le télétravail sera privilégié a minima jusqu’au 25 mai, soit la date de réouverture des écoles pour toutes les classes d’âge ; les directives seront égrenées dans les prochains jours par vos tutelles. Pour la CFDT, il est donc vraisemblable qu’il n’y ait « pas de reprise de tous les agents à temps plein dès le 11 mai au matin ». Une position confirmée par la CPU dont le président prévoit au moins une quinzaine de jours “tampon” avant une reprise totale.

Des questions en pagaille. Les congrès aux quatre coins du monde survivront-ils au Covid-19 ? Quelle gestion des masques au sein des labos ? Comment respecter la distanciation sociale en bureau partagé ? Faut-il reprendre dès que possible les expérimentations animales ou les terrains en sciences sociales ? Les prochaines semaines seront cruciales.

À lire aussi dans TheMetaNews

Quitter un poste académique : pourquoi ils et elles l’ont fait

Crédit photo : Jean-Baptiste Chauvin Sylvain Peyronnet : « En informatique, avec 150 000 euros de matériel, on fait ce qu’on veut » Parcours sans faute. Patron de plusieurs entreprises en informatique, Sylvain Peyronnet continue à faire de la recherche au quotidien....

Une histoire de parcelle au CNRS

L’huissier est passé. La partie Ouest du site du CNRS de Meudon-Bellevue devrait bel et bien être vendue aux promoteurs Vinci et Kaufman & Broad, après de nombreux rebondissements. Les locaux sont vides et ont été rendus inaccessibles, des panneaux « accès...

Qui fait quoi dans une publi ?

C’en est-il fini du “nous” académique ? Imaginez que chaque co-auteur de votre prochain papier puisse parler en son nom propre de sa contribution et – pourquoi pas – exprimer son point de vue. Cela pourrait donner : « Inès Dubois a collecté les données et a tenu à...