Une nomination qui en dit long

— Le 8 janvier 2020
Le siège de la présidence du Hceres ne sera bientôt plus vide.
Bientôt, parce qu’une personnalité de choix va s’installer à la tête du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, une place vacante depuis le départ de Michel Cosnard en octobre dernier. Il s’agit de Thierry Coulhon (info AEF), l’actuel conseiller Recherche de l’Elysée. Pas n’importe qui donc. Emmanuel Macron, dans son discours lors des 80 ans du CNRS le 26 novembre n’avait pas fait mystère de son intention de faire bouger les lignes de l’évaluation en modifiant un système « mou ».

Instruments de mesure
Lors d’une rencontre “off” avec des chercheurs triés sur le volet (que des lauréats ECR) le 18 novembre – organisée par le même Thierry Coulhon –, le Président s’était également inquiété de la bonne marche du Haut Comité et de l’évaluation de la recherche “à la française”. Ajoutez à cela les propos de Frédérique Vidal en septembre dernier (voir notre article “Des ballons-sondes dans l’ESR”) et l’équation se résoudra certainement par un “big bang” de l’évaluation des équipes de recherche dans la prochaine loi de programmation pluriannuelle de la recherche, qui sera dévoilée fin février.
Etait-ce vraiment ce que les chercheurs attendaient ?

À lire aussi dans TheMetaNews

Les ups and downs de l’open

Qui n’a pas envie d’être lu ? Le consensus grandit : publier vos résultats en accès ouvert vous permet d’être plus largement cité. Si toutes les études ne s’accordent pas sur son ampleur, le phénomène existe bel et bien, comme le précisait vos collègues allemands,...

Le doctorat, un projet pas comme les autres

Les appels à projet sont entrés dans vos vies : deux tiers d’entre vous estiment que la recherche est principalement financée de cette manière, si l’on en croit l’enquête réalisée à l’été 2022 par le Cneser (Conseil national de l'enseignement supérieur et de la...

« On m’a suspendu sans me donner aucune explication »

C’est un gros dossier qui s’apprête à être jugé dans la salle d’audience du ministère de l'Éducation nationale ce jeudi après-midi. Alors que les dix juges du Cneser disciplinaire échangent quelques mots, deux assistants s'attèlent à mettre en place la téléconférence...